Une répétition et trois monologues

Publié le par Laetitia BERANGER

Le "Masque et la Plume" du 10 mai m'avait donné très envie de découvrir ces deux pièces... L'équipe est décidément de bon conseil ;-)

LE JOUR DE L'ITALIENNE
Au théâtre 13

Jusqu'au 7 juin 2009

Création collective de la compagnie Eulalie sous la direction de Sophie Lecarpentier (d'’après l’Epreuve de Marivaux). Avec
Vanessa Koutseff ou Lucie Chabaudie, Xavier Clion, Sophie Lecarpentier, Solveig Maupu, Emmanuel Noblet ou Stéphane Brel, Alix Poisson et Julien Saada.


"Le jour de l’italienne  est un spectacle-confidence ; entre murmures et éclats de rire, une troupe de théâtre nous invite dans son alcôve et nous fait entrer dans le secret de la fabrication d’un spectacle. Comédiens, metteur en scène, techniciens s’affairent : ils répètent l’Epreuve de Marivaux. Pudeurs, audaces et premiers pas, tentatives, doutes et complicité des acteurs qui cheminent, des techniciens qui inventent, du metteur en scène qui cadre et oriente. Le temps se dilate, se condense, pour finalement converger vers ce qui les unit : le spectacle à venir. Le temps des répétitions est aussi, à l’image de la pièce, le lieu de la révélation : la peur et l’urgence dévoilent les êtres et le marivaudage envahit les coulisses. Qui est qui ? Qui fait quoi ? Qui veut quoi ? Qui veut qui ? On se prend à douter de ce qui est écrit ou improvisé. Ca pourrait ressembler à une répétition publique, mais là encore : illusion et apparence. Car tout est écrit."

Bande-annonce et toutes les infos
Le blog de la compagnie



Ce spectacle m'a sans doute particulièrement enchantée parce que je suis en période de répétitions mais je suis sûre qu'il ravira tout autant les "non-pratiquants" ! J'ai vraiment trouvé ça drôle, malin et inventif. Les explications brumeuses de la metteure en scène ("Très bien cette colère mais... place un couvercle dessus !"), l'évolution des décors et des costumes, les recherches de son et lumière (trouver la "gélat" adéquate pour le bleu du ciel, s'interroger sur le son du "temps qui passe"), les doutes des uns et des autres, leur complicité, leurs différents aussi. Les comédiens communiquent envie et dynamisme, on les rejoindrait bien dans ce tourbillon collectif !

Quelques belles trouvailles scéniques également, une bonne dose d'autodérision... Décidément un excellent moment ! J'allais oublier, un petit dépliant est remis avant le spectacle, il comprend un lexique du "langage théâtreux" très bien fait et amusant.



TALKING HEADS
Au théâtre du Rond-Point


Jusqu'au 30 mai 2009

Une pièce d'Alan Bennett, mise en scène de Laurent Pelly
avec Charlotte Clamens, Nathalie Krebs, Christine Brücher


"Ces dames anglaises qui s'expriment avec des mots châtiés n'ont a priori rien que de très ordinaire. Tout va bien, semblent-elles dire. La vie est belle. Rien à signaler. Seulement voilà, déjà elles parlent beaucoup. Et puis, entre deux phrases, on perçoit quelques failles. Certes tout est merveilleusement formidaaable ! Mais quand même cette dame qui est train de nous parler de sa vie de bureau est assez seule. D'ailleurs, personne ne la supporte. En plus, elle est malade. Mais prenons un autre exemple. Voilà cette fois une dame des plus épanouies. C'est seulement sa voisine d'en face qui a un problème. Pas très important : elle vient d'assassiner son mari– L'auteur, Alan Bennett a ce don typiquement anglais de jouer sur le décalage entre le ton des mots et ce qui se dit réellement à travers eux. Avec une habileté diabolique, il tisse ensemble humour et tragédie dans un esprit des plus grinçants.

Laurent Pelly avait déjà mis en scène quelques unes de ces «têtes qui parlent» dans les années 1990. Il y revient avec délices dans ce nouveau spectacle où, avec les mêmes comédiennes qu'à l'origine, il présente de nouveaux textes."



Le nom d'Alan Bennett m'est familier depuis quelques temps car j'entends beaucoup de bien de son roman "La reine des lectrices". Ces monologues m'ont vraiment fait rire et j'ai adoré voir les comédiennes évoluer dans ces drôles de décors imaginés par Chantal Thomas (un seul s donc à priori, rien à voir avec la créatrice de lingerie !). Le premier monologue débute par un ingénieux système de travelling, suivi d'une succession de pièces habitées par la comédienne - sortes de boîtes changeantes, installées sur scène pendant les noirs (habillés d'une chouette ambiance sonore !). Le deuxième met en scène une "Desperate Housewife" tout à fait étonnante quant au troisième - mon préféré ! - il fait apparaître un salon sur pan incliné nous donnant la sensation d'observer la scène d'en-haut. Vous l'aurez compris, les décors m'ont bluffée ! Les trois comédiennes transmettent merveilleusement bien toute la subtilité des situations qui basculent en une phrase. Un jeu très fin au service d'un texte grinçant comme j'aime.















Page du spectacle sur le site du Rond-Point


Moulins à parolesLa reine des lectrices
L'intégralité des monologues est disponible chez Actes Sud : "Moulins à paroles tomes 1 et 2"... ça promet d'être savoureux !

Et la fameuse "Reine des lectrices" pour laquelle mes chroniqueurs chéris du Masque (oui encore eux !) ne tarissent pas d'éloges.

Publié dans Les mots en scène

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Lucile 27/05/2009 21:49

Mais heu! T'arrêtes de me donner envie de venir à la capitale tous les quatre matins? ;-)

Laetitia BERANGER 29/05/2009 09:48


Ben je n'y suis pour rien, c'est toi qui t'obstines à habiter loin, loinnnnnnn !