Où l'on s'y remet sans grande conviction

Publié le par Laetitia BERANGER

Ces trois derniers mois, dans ma vraie vie...

 

J'ai assisté à une performance sonore géniale au Festival des Arts de rue de Nanterre, je suis retournée sur l'île de Vassivière écouter des histoires ; quelques semaines avant, dans un appartement, j'en avais moi-même raconté, j'ai beaucoup souri en écoutant Hitchcock et Truffaut s'entretenir sur Inter, j'ai organisé un vernissage dans mon salon, j'ai rendu visite à mes masqués et plumés préférés, j'ai écouté résonner un orgue maritime à Zadar en Croatie, je suis devenue une pro des financiers au matcha, j'ai vécu une expérience théâtrale très forte dans un autobus, j'ai enregistré mes rêves et commencé à traduire en sons ceux de mon amie Anaïs, j'ai fait une boulimie de séries et puis tout à coup, je n'ai plus eu envie ; j'ai échangé sur des sujets très variés avec de nouvelles bonnes copines, j'ai acheté de la peinture, des crayons de couleur, des tas de machins pour barbouiller et bricoler du papier ; j'ai fait des listes de Happy Trucs grâce à ce site vitaminé dont MaCopineCaro m'avait parlé, j'ai découvert le travail sensible de Ron Mueck à la Fondation Cartier ; parfois même, c'est complètement fou mais je n'ai rien fait du tout...

 

 

La fée carabine - Daniel PENNAC

 

Si j'avais le courage de replonger en mon Top 10, Pennac serait sûrement à même d'y entrer ! Avec lui, je fais un peu le chemin à l'envers. D'abord, le Journal d'un corps que j'ai tant aimé et maintenant, ce Benjamin Malaussène qui m'a fait tant marrer ! Délicieusement décalé.

 

"Si les vieilles dames se mettent à buter les jeunots, si les doyens du troisième âge se shootent comme des collégiens, si les commissaires divisionnaires enseignent le vol à la tire à leurs petits-enfants, et si on prétend que tout ça c'est ma faute, moi, je pose la question : où va-t-on ?' Ainsi s'interroge Benjamin Malaussène, bouc émissaire professionnel, payé pour endosser nos erreurs à tous, frère de famille élevant les innombrables enfants de sa mère, coeur extensible abritant chez lui les vieillards les plus drogués de la capitale, amant fidèle, ami infaillible, maître affectueux d'un chien épileptique, Benjamin Malaussène, l'innocence même ('l'innocence m'aime') et pourtant... pourtant, le coupable idéal pour tous les flics de la capitale."

 

 

La singulière tristesse du gâteau au citron - Aimée BENDER

 

Une lecture très agréable genre tarte au citron meringuée, vous voyez ? Elle m'a rappelé Les oreilles de Buster que j'avais lu dans la même position, une autre plage (moins confortables les galets)... Des histoires de famille ici aussi mais surtout une petite touche fantastique pas dégueu du tout entre deux ploufs et un cône glacé !

"Le jour de ses neuf ans, Rose Edelstein mord avec délice dans le gâteau au citron préparé pour l'occasion. S'ensuit une incroyable révélation : elle ressent précisément l'émotion éprouvée par sa mère, alors qu'elle assemblait les couches de génoise et de crème. Sous la douceur la plus exquise, Rose perçoit le désespoir. Ce bouleversement va entraîner la petite fille dans une enquête sur sa famille. (...)"

 

 

Le bleu est une couleur chaude- Julie MAROH

 

En attendant de voir l'adaptation du décrié Kéchiche, je me suis baladée dans ces bulles de BD. Pas inintéressant mais pas transcendant non plus... Je pensais y trouver de la passion, du feu et au final, ça m'a semblé très très gentil pour ne pas dire fleur bleue...

 

"Mon ange de bleu, Bleu du ciel, Bleu des rivières, Source de vie… »La vie de Clémentine bascule le jour où elle rencontre Emma, une jeune fille aux cheveux bleus, qui lui fait découvrir toutes les facettes du désir. Elle lui permettra d’affronter enfin le regard des autres. Un récit tendre et sensible."

 

 

Les pas perdus - Gilles JACOB

 

Beaucoup de plaisir à glisser mes pieds dans ces chaussures-là ! L'exercice est parfaitement réussi, de nombreuses anecdotes m'ont amusée et touchée. Je me souviens de celle-ci : "Je me souviens d'avoir tenté de faire croire à mon frère Jean-Claude que la science infuse était une tisane médicinale". Irrésistible non ?

"Rendant hommage à G. Pérec à travers une série de paragraphes commençant par un 'Je me souviens', l'écrivain déroule des souvenirs d'enfance et des visages de stars, des années 1930 aux années 2000. Instants vécus succèdent ainsi à des bouts d'actualité, des comptines, des évocations de livres et de films."

 

Publié dans Partager mes lectures

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

dasola 18/11/2013 18:30


Bonsoir Laetitia, après avoir vu le Kechiche, j'ai lu la BD qui est peut-être "fleur bleue" mais tellement plus délicate que le film. La BD a été dessinée par une femme, le film a été réalisé par
un homme (ça fait une sacrée différence). Sinon, tous les romans Mallaussène sur un pur bonheur de lecture. Bonne soirée.

Laetitia BERANGER 11/12/2013 10:36



@Dasola : Je n'ai pas osé aller voir l'adaptation ciné de "Au bonheur des ogres" du coup ! Préférant me garder la surprise de ce volet Mallaussène en version roman (et la bande-annonce laissait
présager le pire ! rires)



Emeraude 08/10/2013 22:29


Bon alors Pennac à l'envers moi je dis oui, je l'ai fait aussi ! En commençant par "comme un roman", puis "le 6è continent" et comme toi, toute la famille Malaussène au complet (que j'ai lu au
moment où la librairie fermait, ça m'a fait un bien fou!) Je viens de lire journal d'un corps et si çe ne m'a pas déplu, j'en attendais bcp plus.


Mais 'le bleu est une couleur chaude' non, non, non ce n'est pas gentillet ou fleur bleue !! Certes ce n'est pas de la passion mais c'est une ode à l'affirmation de soi, à la sexualité et à
l'amour adolescent, tout simplement. C'est touchant... Peut-être qu'avec le film et sa palme on n'en fait trop ?? Je l'avais lu à sa sortie, en 2010, et je l'ai relu il y a peu, mais j'ai autant
aimé, je suis très touchée par le dessin...


Bref. Même si moi aussi j'abandonne (presque) les blogs, je suis contente de te retrouver par ici :-)

Laetitia BERANGER 10/10/2013 17:44



@Emeraude : Tu devais attendre autant du "Journal d'un corps" que je n'en attendais du "Bleu est une couleur chaude" ;-) J'ai néanmoins toujours autant envie de voir le film ! ça me fait plaisir
d'échanger avec toi également ! Là, j'essaye de me motiver pour écrire un billet séries :-)


 



@ntoine 20/09/2013 19:17


Un nouveau billet ! Allez, dépêche toi, on t'attend pour l'apéro.