Sur le divan...

Publié le par Laetitia BERANGER

PAROLE ET GUERISON

au Théâtre Montparnasse
31 rue de la Gaité,
75014 Paris 


théâtre Affiche Parole Et Guerisonde Christopher Hampton 
Mis en scène par Didier Long
Avec Barbara Schulz , Samuel LE BIHAN , Bruno ABRAHAM-KREMER , Léna Breban, Candice Crosmary, Alexandre Zambeaux

"En 1904, Sabina Spielrein devient à la fois la patiente et la maîtresse du docteur Jung qui expérimente avec elle une toute nouvelle méthode thérapeutique révolutionnaire, inventée par Freud : la Psychanalyse. D'abord dans un rapport de filiation intellectuelle, Jung se détache peu à peu de son mentor... La scission entre les deux hommes est consommée malgré l'intercession de Sabina devenue à son tour médecin."



 
J'ai vu cette pièce jeudi dernier, j'en suis ressortie mitigée et cette impression perdure car je ne sais pas trop comment aborder ma critique. Je n'ai pas passé une mauvaise soirée, je ne me suis pas vraiment ennuyée non plus... comment dire... Le décor est glacial mais les pans de murs blancs et inclinés d'où surgissent de multiples tiroirs font sens (on voit apparaître un divan, un bureau, une loge à l'opéra...) et offrent des transitions dynamiques entre certaines scènes longuinettes. Je ne suis pas fan de Le Bihan mais j'ai trouvé sa prestation honnête. Barbara Schulz est tout à fait convaincante et j'ai beaucoup aimé les apparitions d'Alexandre Zambeaux  -incarnant Otto Gross- virevoltant et délicieusement insolent ! Bon alors quoi, si ni les décors ni les comédiens ne sont en cause... dans quelle mesure est-ce la mise en scène un peu trop appuyée ou le texte en lui-même qui m'a déçue ? L'auteur a manifestement quelques comptes à régler avec Freud et si la parole est très largement promotionnée, la guérison ne tient finalement que peu de place dans cette pièce...

Publié dans Les mots en scène

Commenter cet article