Libérer sa créativité - Semaine 9

Publié le par Laetitia BERANGER

crepes.JPG

J'étais très curieuse d'arriver à cette étape cruciale : la relecture des pages du matin... Je n'ai pas été déçue ! Au début, je ne me suis pas reconnue du tout. Ni l'écriture, ni le ton, rien. Forcément, mes premières élucubrations matinales datent de bientôt 3 mois ; j'ai eu le temps d'oublier les rêves incompréhensibles, les colères, les doutes... Puis sont venues les idées folles, les déceptions, les exaltations : là, j'ai su que c'était bien de moi tout ça !

 

J'ai constaté que j'avais mis un moment avant de m'autoriser à être négative, puis que j'étais passée par une période très plaintive avant d'entamer une sorte d'impressionnante méthode Coué. J'ai écrit, assise ou carrément couchée, après la douche ou à peine réveillée. Ces 8 semaines m'ont vraiment permis de tester ! Je crois que les pages "embrumées" permettent une écriture non censurée : elles commencent souvent par des mots répétés, des constatations basiques, pratiques sur environ deux pages et la troisième sert souvent de moteur à ma journée, à me fixer des tâches même minimes à effectuer sans tarder. C'est définitivement un outil imparable pour cesser de procrastiner !

 

Le réveil anticipé a parfois ses loupés, dans les 3/4 des cas, je prends tout de même le temps de ne noircir qu'une seule page, à toute vitesse. Il me semble qu'elle constitue alors un condensé des trois pages et respecte la même structure  : début défoulatoir, fin motivatoire ! Je discutais pas plus tard qu'hier avec une amie qui pratique également l'écriture quotidienne, elle me disait que l'important c'est de remplir une page (quelque soit sa dimension) parce que l'esprit visualise un début et une fin à atteindre...

 

Je pense donc que j'adapterai une certaine souplesse après les douze semaines pour trouver la méthode qui me convient le mieux mais ce rituel a de forte chance d'être définitivement adopté.

 

Pour mon rendez-vous d'artiste de la semaine, je n'ai rien fait. Enfin... Disons plutôt que j'ai fait RIEN. Ce qui est très différent, vous en conviendrez ! J'avais 1000 idées, 1000 envies mais la semaine était passée à 1000 à l'heure, j'avais besoin de dire POUCE. Alors je suis restée sagement chez moi, j'ai fait une sieste et me suis ensuite adonnée à une activité qui me tentait depuis des mois déjà (mais ça n'était JAMAIS le moment bien sûr), j'ai préparé... des crêpes en écoutant la chronique cinéma du Masque et la Plume ! J'ai fait de la dentelle en répartissant mal la pâte lorsque Jérôme GARCIN dénigrait "Détective Dee" de Tsui HARK qui m'avait énormément divertie au Festival du film asiatique et j'ai repris la main tandis que tous s'accordaient à dire du bien du très joli "Tomboy" de Céline SCIAMMA.

 

Frise nuit du chasseur

 

Je n'ai pas regretté ce soir-là d'avoir décliné une sympathique invitation pour aller voir "La nuit du chasseur" puisque je m'y suis rendue dès le lendemain soir... Je crois que je n'étais jamais allée au Grand Action, j'y reviendrai ! Les fauteuils y sont rembourrés à souhait et ma carte illimitée y est acceptée, ce serait donc vraiment trop bête de s'en priver. Si j'aime beaucoup voir ou revoir de vieux films en DVD, rien ne remplace l'ambiance et l'immersion dans les images projetées sur grand écran. La nuit étoilée et la fuite des enfants qui m'avaient déjà marquée lors d'un passage télé m'ont encore plus impressionnée. Ce film est vraiment, je crois mon classique préféré et le révérend Harry Powell ne cessera jamais de me faire trembler ! Je me souvenais assez bien de l'histoire mais je voulais surtout revoir cette lumière si particulière du noir et blanc et entendre encore la chanson glaçante fredonnée par Robert Mitchum... Clin d'oeil amusant, je suis en train de terminer la seconde saison de la série "La caravane de l'étrange" et si l'inspiration lynchienne ne m'avait pas échappée, j'ignorais les références empruntées à cette magnifique Nuit du chasseur... (Vous pouvez d'ailleurs signer ici la pétition pour la reprise de la série !).

 

 

Bon, plus que trois billets consacrés à l'expérience Julia, je tiens le bon bout... et vous aussi !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Lucile 04/05/2011 22:25



Toujours aussi intéressant de suivre tes péripéties juliesques! Et tu donnes vraiment envie de voir La Nuit du chasseur! (c'est un des 1001?)



Caro[line] 04/05/2011 18:53



Bravo Laëtitia !!!