Libérer sa créativité - Semaine 8

Publié le par Laetitia BERANGER

 

Pages-blanches.JPG

Plus que 4 semaines prévues avec Julia, ça commence  gentiment à sentir la fin... Du coup, je mets le paquet par crainte de ne pas en avoir assez profité et de gâcher le potentiel de ce programme cameronesque !

 

Les pages du matin vont décidément toujours bon train et j'ai, cette semaine, pris le temps de : nommer mon projet rêvé (et les objectifs que je peux me fixer à un mois, une semaine, un jour, immédiatement !), j'ai écrit sur une couleur  comme si je l'incarnais véritablement (je suis le rouge alors j'aime mieux vous dire que ça va déménager), j'ai cité des choses que je ne m'autorise pas à faire (certaines  frôlaient l'immoralité, j'ai pris soin de les détailler) puis j'ai mis de la musique et j'ai dansé ! (Très libérateur, j'ai même songé à m'attribuer  une chanson défouloir chorégraphiée façon John Cage. Si comme Ally Mc Beal, vous avez une "petite musique" à me faire partager...).

 

J'ai cité 20 choses que j'aime faire et déterminé si elles étaient payantes ou gratuites, solitaires ou pas, à effectuer lentement ou à vive allure, intellectuelles, physiques ou spirituelles etc... J'ai constaté certains recoupements. Julia m'a invitée à prévoir un jour parfait basé sur ces activités, je ne l'ai pas (encore) fait mais cette idée de rendez-vous d'artiste géant me séduit grandement !

 

 

 

 

Stylo-4-coul.jPG

Cette semaine, j'ai réalisé combien ce programme m'a reconnectée avec l'écrit. Un carnet anti-procrastination s'est d'ailleurs installé de lui-même dans mon sac à main et je jubile chaque fois que je peux barrer une tâche accomplie (je prends également soin de conserver chaque page de manière à me congratuler de tout ce travail réalisé ! Non, ça n'est pas dans la méthode Julia, c'est un bonus personnel que je vous livre car je suis partageuse).

 

Mon rendez-vous d'artiste est inspiré d'un exercice que je n'avais pas pratiqué la semaine dernière. Il s'agissait de se rendre dans un lieu "sacré" à ses yeux afin de s'y ressourcer. J'ai pensé à une bibliothèque et comme je cherchais  des informations sur le mind mapping (il faut absolument que je vous parle de cette technique qui me passionne depuis quelques jours !) j'ai décidé de joindre l'utile à la découverte. Je me suis donc rendue à la  médiathèque Marguerite Yourcenar près de Convention. Allez savoir pourquoi, mes régulières pérégrinations en bibliothèques parisiennes ne m'y avaient jamais conduite... Ce jour-là, il faisait beau ; le bâtiment entièrement vitré laissait passer les rayons du soleil, je me suis installée dans un des fauteuils design (et néanmoins confortable) pour feuilleter des magazines de cinéma, des ouvrages que j'hésite à acheter etc... J'ai décidé que cet endroit pourrait devenir mon QG de pause déjeuner, il donne non seulement envie de se documenter (sur 1000 choses dont on ne soupçonnait pas l'existence avant d'y entrer !) mais aussi de s'y poser, de profiter du silence, de laisser aller ses pensées...

 

 

mediatheque.jpg 

Bien que très régénérant, ce moment ne m'aida hélas pas à faire l'acquisition du précieux guide de mind mapping que je convoitais à mon arrivée (vous suivez oui ?!). Je décidai donc de visiter un autre lieu tout aussi sacré mais plus dangereux (pour le porte-monnaie), le vil tentateur du  boulevard Saint-Michel :  Gibert Joseph. J'y ai donc trouvé mon guide (d'occase, ouf) en moins de deux mais ce qui est plus intéressant (tout est relatif, certes) c'est que je suis entrée pour la première fois dans la partie voisine de la libraire... la papeterie !  (Il va sans dire que si vous avez d'étonnantes librairies-papeteries à me recommander, il ne faut pas hésitez). Merveilleuse boîte de pandore qui m'a permis de caresser bon nombre de cahiers à la recherche de la page idéale (blanche : ni ligne, ni carreaux, c'était impératif) et du stylo qui allierait pratique et vitesse (un quatre couleurs révolutionnaire avec grip). (Je pense subitement à cette femme qui rentrait dans son congélateur pour découvrir un monde de sorbets et de boules de glaces aromatisées à tous ses goût les plus fous... vous voyez l'idée ?!) Bref les outils parfaits pour m'adonner à ma nouvelle passion : LE MAD MAPPING !

 

Mind maps

 

Je vous la fais courte car mes élucubrations me fatiguent autant que vous mais si vous êtes adeptes du brainstorming et si organiser vos idées folles sur le papier vous séduit, cette technique devrait beaucoup vous apporter (je remercie d'ailleurs publiquement Julie de me l'avoir fait tester pour élaborer les nouvelles pages culturelles shizéniques de la rentrée !). Je vous laisse consulter la page wikipédia qui résume ça bien mieux que moi et je vous présente un nouveau gourou de la pensée (irradiante) Tony Buzan (un pote de Julia ?) qui publie chez Eyrolles un guide sobrement sous-titré "Dessine-moi l'intelligence" (et d'autres encore sur la mémoire, la lecture rapide etc...). Cette méthode d'association d'idées fait un malheur dans mon cerveau et je griffonne allègrement jusqu'à m'en provoquer des insomnies mais tout va bien, je suis ra-vie !

Commenter cet article