Libérer sa créativité - Semaine 5

Publié le par Laetitia BERANGER

Une semaine avec, une semaine sans... Tel semble être le destin des exercices cameronesques ! Si je me m'acquitte toujours scrupuleusement de mes trois pages matinales, il en va tout autrement pour les pistes de réflexions ou propositions spécifiques à chaque semaine... Je n'ai donc pas fait la liste de mes joies interdites, ni commencé un dossier d'images évoquant mes désirs, ni dessiné mon blocage créatif, etc... Je n'ai pas eu envie, ni eu le temps de m'y consacrer. Ou plutôt : je n'ai pas eu envie d'y consacrer du temps.

 

Dans mon dernier billet, je vous annonçais plutôt crânement comme je m'étais bien tirée de mon sevrage de lecture imposé par Julia et bien, c'était sans compter le retour de bâton subi cette semaine ! Lundi matin, j'avais de nouveau calé sous le bras mon énorme livre "La maison des feuilles" et l'avais trimballé toute la journée sans pouvoir vraiment me plonger dedans mais il était avec moi et ça me suffisait (aïe aïe, voici venir le syndrome du livre doudou). Le lendemain matin, le drame... Juste avant de partir travailler, je ne le trouve plus. J'ai beau chercher, il n'est plus là ! Je me revois la veille au soir, les bras remplis de fruits et légumes, et là, vision d'horreur : mon livre abandonné dans le caddie de la biocoop ! S'en est suivi une heure d'angoisse viscérale à l'idée d'avoir perdu ce livre fétiche (que j'ai eu tant de mal à trouver car il n'est plus édité et que je n'avais pas eu le droit de toucher 7 longues journées alors que j'étais si proche  du dénouement !). Je vous rassure, le responsable de la biocoop a très vite remis la main dessus et mon soulagement n'a d'égal que ma reconnaissance envers cet homme merveilleux. Il n'en reste pas moins que ma réaction met exactement le doigt sur une relation peut-être un brin exclusive, excessive envers ces objets de papier si prometteurs d'évasion et d'oubli de soi...

 

caro-apn-copie-1.JPG

 

 

 

Ce qui fonctionne toujours aussi bien en revanche, c'est le rendez-vous d'artiste que je n'ai aucun mal à m'autoriser et pour lequel je dégage sans peine, le temps et l'énergie nécessaires. Cette semaine, je n'ai pas effectué de balade solitaire car le projet qui se présentait (synchronie ?!) à moi, pouvait être réalisé avec l'aide de MaCopineCaro. Tout est parti d'un concours proposé sur le blog de l'inconnu du métro (que je vous recommande chaudement de visiter, couplé aux dérobées de métro klepto'sonnées, c'est parfait !). Marie Dinkle proposait pour fêter la première année de son blog de nous prêter nous aussi, au jeu de l'interview et d'aller à la rencontre des inconnus du métro. Ces gens que l'on croise, qui lisent près de nous ou rêvent un peu plus loin sur leur strapontin... Vous savez comme ce terrain m'est familier, je ne pouvais laisser passer cette opportunité !

 


 

Laeti-zoomJPG-copie-1.JPG

Caro s'est donc chargée de rédiger quelques questions et de photographier Françoise, l'inconnue sur laquelle nous avions jeté notre dévolu. Le portrait sera visible prochainement sur le blog de Caro (et bien sûr, sur le blog de Marie Dinkle puisque nous comptons bien remporter le concours !). Mais en attendant, je vous propose d'écouter la version sonore que j'ai réalisée du portrait. Vous connaissez le chemin, aller hop, direction Klepto'sons...

 

Si nous avions eu davantage de temps, un autre inconnu se présentait d'ailleurs à nous ce soir-là. Ayant repéré nos portraits réciproques à Caro et moi, il dit : "Ah oui, le son et l'image ! Vous êtes musicienne mademoiselle ?". Etonnée, je répondis que non et demandai pourquoi. "Et ben, c'est un H2 que vous avez là !". S'en suivit une trop brève discussion sur le plaisir d'enregistrer les voix, la résonnance des églises où le monsieur faisait lire sa femme, son fils étudiant la musique au conservatoire et... cette station où il devait  hélas, descendre ! Le lendemain soir, un homme à l'oeil plus qu'amoché me racontera comment cinq mecs baraqués lui étaient tombés dessus alors qu'il venait au secours de deux dames en difficultés. Si je n'ai pas osé prendre son bobo en photo, j'ai bien été forcée de constater que les histoires de métro plus que jamais, sont mon crédo ! (Multi-synchronies ?!)


Le thème de cette cinquième semaine était "Retrouver le sentiment du possible", bien qu'ayant boudé les exercices s'y rapportant, je trouve que le résultat est plutôt encourageant ! Et d'une manière générale, il me semble que ces derniers temps, il n'y a pas grand chose que je ne me donne pas la possibilité d'accomplir à partir du moment où je choisis de ne pas perdre un instant à me demander si cela va fonctionner où s'il s'agit vraiment d'une bonne idée !

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article