Libérer sa créativité - Semaine 2

Publié le par Laetitia BERANGER

Me revoici pour le bilan de ma deuxième semaine sous la protection de Julia, mon coach de papier ! Avant toute chose, il ne m'est hélas pas devenu plus facile de me lever plus tôt pour m'acquitter de mes trois pages matinales mais... je m'y tiens. Paradoxalement, je me jette même encore plus ardemment dessus que la semaine passée ! J'écrivais "au saut du lit", maintenant je ne pose même plus le pied par terre. Je me suis organisée ; il me suffit de tendre le bras (même mollement) pour attraper carnet/stylo/lunettes et hop, le papier absorbe les phrases, les propos désarticulés...

  

Un soir, j'ai travaillé très tard et au moment de me coucher, j'ai renoncé à anticiper l'heure du réveil... Le lendemain matin, ma main s'est mise à fourmiller, c'était flagrant : mes pages me manquaient ! J'avais besoin de coucher ces toutes premières pensées, besoin de faire le vide avant de commencer ma journée. Le temps pressait alors une seule page entre le lavabo et la baignoire ; une page frénétique, folle, endiablée !

 

Cheveux fous

Cette semaine, j'ai emmené l'artiste inside me se faire couper les cheveux ! Peut-être pas amusant de prime abord mais 1h30 en tête à tête avec moi-même et immergée dans les vapeurs du casque chauffant, je me suis créé mon propre divertissement ! Ma tête créative s'est donc fait masser le cuir chevelu et quand le goût du risque a chatouillé mon palais, j'ai déclaré effrontément "Je n'ai pas peur, vous semblez connaître votre métier, donnez-moi la tête que vous voulez !". J'étais un peu pressée alors quand la dernière mèche de cheveux est tombée, je n'ai pas pris suffisamment de temps pour étudier ce nouveau moi dans le miroir. Sur le chemin du retour, une sensation singulière (que vous avez sans doute expérimenté vous-même) : ne plus savoir précisément de quoi l'on a l'air, sentir ce décalage entre la perception qu'on a de soi et l'image que l'on renvoie. De retour à la maison, le verdict est tombé : cette coiffeuse n'avait absolument pas cerné le potentiel créatif inside me (et loupé une occasion de s'exprimer capilairement en toute liberté !). Le cheveux classique et désespérément plat ; vite, secouez, secouez-moi !

 

Cette semaine, j'ai consacré davantage de temps aux exercices proposés par Julia. Lister des choses que j'aime faire et d'autres que j'aimerais voir changer. Réfléchir à ce qui me prend du temps. Ce qui me fait plaisir, ce qui est contraignant... J'ai même essayé de recopier plusieurs fois par jour une sorte de mantra positif qui ne me causait qu'à moitié ! J'ai en revanche, immédiatement abandonné la lecture affirmative des principes de base de la page 23 parce que là non, "La créativité est le don que Dieux nous a fait", ça n'est pas pour moi. 

 

Le premier résultat tangible que je peux constater est un certain nombre (un nombre certain même !) de choses effectuées en un tour de main alors que je les repoussais depuis un moment. Le premier exemple s'affiche actuellement sous vos yeux ébahis : j'ai relooké mon blog ! Une nouvelle bannière de photos homemade et un rouge pompier pour encadrer le tout, voilà qui me ressemble davantage.

 

J'ai également fait des mises à jour sur mon site pro (et une foultitude d'autres choses que je m'abstiendrai de relater ici mais force est de constater que la méthode Julia coupe toute envie de procrastiner !). Je n'ai pas hésité à me faire plaisir chaque fois que cela était possible (deux programmes qui me faisaient envie pour ce week-end, pourquoi choisir ? J'ai fait les deux ! Découverte d'un studio et d'une séance d'enregistrement de livre audio à Paris le matin, marathon cinéphilique du Festival Asiatique à Deauville le soir même, aucun problème !).

 

Penser, vider, trier, arrêter de penser, faire de la place pour ce qui compte ; je crois que je commence à piger ! Alors en avant toute vers la troisième semaine qui me réserve je l'espère, son lot de surprises et de changements ? Mystère...

Commenter cet article

kilucru 18/03/2011 00:53



"...Penser, vider...arrêter de penser, faire de la place.." cela ressemble étrangement à la voie du Zen .....parfois simplement s'assoir..


 



Jeff 16/03/2011 12:45



Cherche pas. Pour la coupe de cheveux, tu as mal lu la consigne : il fallait demander la MÊME coupe que Julia, celle qui est en quatrième de couv'.


Pfff...


Sinon, j'ai appris que Nietzsche avait un énorme ambitus.



juliette 16/03/2011 09:14



tu as la fièvre de l'écriture et tu es envahie par l'énergie printanière... C'est chouette!



Lucile 14/03/2011 13:45



J'adore! Tes billets donnent du peps et l'envie de tout chambouler, ça fait plaisir! :D