Lectures mai 2010

Publié le par Laetitia BERANGER

L'assassin du roi - Robin HOBB

 

Un second volet tout aussi plaisant que le premier. Me voilà définitivement partie pour faire du chemin avec Fitz et les habitants du Royaume... L'objectif est de répartir sur 6 mois les 6 premiers volumes de cette saga prenante et parfaitement divertissante !  

 

  L'assassin royal - L'assassin royal, T2

 

"Les pirates rouges sèment la mort et la désolation dans les Six-Duchés. Le royaume est affaibli et ne dispose que de peu de ressources pour les combattre. Le roi est seul, entouré d'une cour qui intrigue, d'une armée qui doute et... d'un assassin royal. Fitz, le bâtard princier, est devenu une arme redoutable et redoutée. Il maîtrise le Vif - la faculté de communiquer avec les animaux - et devient expert dans l'Art. Guerrier accompli, rompu à toutes les façons de tuer, il personnifie autant la justice du roi qu'il est le chevalier servant du prince Vérité. Mais il est aussi un obstacle pour le prince Royal qui veut accéder au trône, et nombreux sont ceux qui souhaitent sa mort..."  

 

 

84, Charing Cross Road - Helene HANFF

 

Au rayon des ouvrages épistolaires traitant de l'amour des livres... j'ai largement préféré celui-ci au sirupeux cercle des éplucheurs de patates ! ll n'aurait pas fallu que cela soit plus long car le principe des commandes peut devenir répétitif mais à Cannes, entre deux projections, c'était parfait ;-)

 

84, Charing Cross Road

 

"Une authentique et délicieuse correspondance échangée pendant vingt ans (de 1949 à 1969) entre Helene Hanff, scénariste new-yorkaise passionnée de livres et les employés de la librairie Mark & Co., 84, Charing Cross Road à Londres, spécialisée dans les titres épuisés. Frank Doel, le premier et principal interlocuteur de mademoiselle Hanff, est chargé d'assouvir l'insatiable soif littéraire de sa cliente américaine. Son dévouement, sa délicatesse et sa réserve toute britannique touchent la new-yorkaise, exigeante et avide d'éditions originales, de textes rares introuvables aux États-Unis, "Londres est bien plus près de mon bureau que la 17e Rue", a-t-elle décrété." 

Laisse moi entrer - John AJVIDE LINDQVIST

 

Le film "MORSE" m'a complément subjuguée alors j'ai eu très envie de prolonger l'expérience avec le roman. Je l'ai trouvé très différent, bien plus sombre, plus violent. Il y a une dimension très poétique dans le film qui atténue les faits néanmoins déjà cruels à l'écran. Les visages d'Eli et Oskar, la blancheur de la neige, toutes ces images apportent une douceur que je n'ai pas retrouvé dans le livre. Je l'ai toutefois trouvé très prenant mais tellement plus glauque et malsaint que le film qui parvient à se maintenir juste à limite du supportable...

 

Laisse-moi entrer

 

"- Oskar...
Cela provenait de la fenêtre. Il ouvrit les yeux et regarda dans cette direction. Il vit les contours d'un petit visage de l'autre côté de la vitre. Il écarta ses couvertures mais avant qu'il ait eu le temps de sortir de son lit, Eli murmura :
- Attends. Reste dans ton lit. Est-ce que je peux entrer ?
Oskar chuchota :
- Oui.
- Dis que je peux entrer.
- Tu peux entrer.
Oskar a 12 ans, il vit seul avec sa mère au coeur d'une banlieue glacée de Stockholm. Il est martyrisé par trois adolescents de son collège. Eli a emménagé un soir dans l'appartement voisin. Un homme l'accompagnait. Elle sort le soir, semble ne craindre ni le froid ni la neige et exhale une odeur douceâtre et indéfinissable. Une magnifique et sanglante histoire d'amour et d'amitié entre deux êtres désespérément seuls et différents."

 

 

Eden matin midi et soir - Chloé DELAUME

 

C'est avec l'adaptation théâtrale à la ménagerie de verre que j'ai découvert Chloé Delaume. Le texte m'avait bousculée et j'avais tout de suite eu envie de l'avoir sous les yeux pour l'appréhender davantage. C'est désormais chose faite et je suis ravie de posséder ce livre en tant qu'objet car les éditions Joca Seria fond vraiment de belles choses avec Chloé Delaume. Un peu moins d'émotion cependant, l'Adèle personnifiée par Anne Steffens m'avait davantage touchée par cette alliance de sensibilité et de froideur calculatrice et à travers ses voix véritablement incarnées...

  

 

"Thanatopathie [tanatopati] n. f. - du grec thanatos, la mort, et de pathos, ce dont on souffre. C'est ainsi qu'Adèle a nommé le mal qui la ronge, un mal qui la rend inapte à la vie. Durant cinquante minutes, elle explore chaque recoin de sa pathologie, avec l'humour de ceux au-delà du désespoir. Cinquante minutes, c'est le temps moyen qui sépare deux suicides en France."

 

Publié dans Partager mes lectures

Commenter cet article

Lucile 16/07/2010 12:05



En lecture tu veux dire? ;-) Lire les deux bouquins de la rentrée littéraire envoyés par Libfly, puis quelques emprunts que je ne veux pas laisser traîner (dont tes Veilleurs, une bio de
Marie-Antoinette et un Claudel)... Ensuite, ce sera des ouvrages que j'ai achetés à leurs auteurs sur des salons depuis quelques mois... Mais ça, ce n'est que la partie "lecture"! ^_^ Bisettes ma
copine!



Lucile 01/07/2010 20:12



84, Charing Cross Road est dans ma PAL depuis quelque temps déjà! Pas ma priorité de lecture pour le moment, mais j'y viendrai... Comme Robin Hobb d'ailleurs! :)



Laetitia BERANGER 11/07/2010 20:28



@Lucile : c'est quoi ta priorité du moment, hein dis ?!



Karine :) 22/06/2010 20:44



Dis donc... tu vas PRESQUE réussir à me tenter pour lire Robin Hobb!  Presque!



Laetitia BERANGER 11/07/2010 20:23



@Karine : Et si je te dis que le tome 3 est encore plus chouette ?!



Yohan 08/06/2010 22:40



Bon, je n'ai rien lu de tout cela, donc pas possible de laisser un commentaire. Enfin, presque ;-)



Laetitia BERANGER 09/06/2010 09:27



Merci Yohan, c'est l'intention qui compte !!



Koulou 04/06/2010 15:12



Une nouvelle série BD sympathique et familiale à découvrir ? ici si vous
voulez, bien sûr.

ce que d'autres en ont pensé avant vous

Bonne journée.