Lectures janvier 2010

Publié le par Laetitia BERANGER


Le coupeur de roseaux - Junichiro TANIZAKI

Une toute courte nouvelle qui m'a pourtant semblée longue à démarrer ! Moins efficace que
"La clé" que j'avais adoré mais d'une perversité égalée... Le coupeur de roseaux a été porté à l'écran par Kenji Mizoguchi, je ne l'ai pas encore vu mais je l'imagine contemplatif à souhait...

Le coupeur de roseaux

"Lors d'une promenade autour d'un ancien palais impérial, le sanctuaire de Minase, le narrateur rencontre un homme étrange. Est-ce un fantôme, un esprit qui hante les lieux ? Celui-ci lui offre du saké et lui raconte l'histoire de la belle O-Yû, perverse et inaccessible..."


Voix off - Denis PODALYDES

Se raconter en creux. A travers les autres mais plus particulièrement à travers le souvenir de ces voix rencontrées et qui résonnent encore. Singulière démarche... Passionnante lecture. De très belles pages sur le plaisir de dire... Je savais que le propos m'intéresserait mais je ne m'attendais pas à être aussi séduite par le style de Podalydès. Je laisse donc ce texte à portée de main pour y revenir encore et je compte bien poursuivre le chemin avec "Scènes de la vie d'acteur"... Je précise enfin, qu'un cd vient merveilleusement compléter cet auto-portrait.

Voix off

"Est-il, pour moi, lieu plus épargné, abri plus sûr, retraite plus paisible, qu'un studio d'enregistrement ? Enfermé de toutes parts, encapitonné, assis devant le seul micro, à voix haute - sans effort de projection, dans le médium -, deux ou trois heures durant, je lis les pages d'un livre. Le monde est alors celui de ce livre. Le monde est dans le livre. Le monde est le livre. Les vivants que je côtoie, les morts que je pleure, le temps qui passe, l'époque dont je suis le contemporain, l'histoire qui se déroule, l'air que je respire, sont ceux du livre. J'entre dans la lecture. Nacelle ou bathyscaphe, le réduit sans fenêtre où je m'enferme autorise une immersion ou une ascension totales. Nous descendons dans les profondeurs du livre, montons dans un ciel de langue. Je confie à la voix le soin de me représenter tout entier. Les mots écrits et lus me tiennent lieu de parfaite existence. Mais de ma voix, lisant les mots d'un autre, ceux d'un mort lointain, dont la chair est anéantie, mais dont le style, la beauté de ce style, fait surgir un monde d'échos, de correspondances et de voix vivantes par lesquelles je passe, parlant à mon tour, entrant dans ces voix, me laissant aller à la rêverie, à l'opération précise d'une rêverie continue, parallèle et libre, je sais que je parle, je sais que c'est de moi qu'il s'agit, non pas dans le texte, bien sûr, mais dans la diction de ces pages. Alors d'autres voix encore se font entendre, dans la mienne".


Parle-moi -  Pascale ROZE

J'aime les romans de Pascale Roze car ils font à mes yeux, figure de surprenants entonnoirs. Cela commence ici par une histoire de famille assez banale et tout doucement, le champ des possibles s'élargit. Les petites phrases "étranglées" font leur chemin et nous évoluons au même rythme que les personnages vers des situations plus fortes qui voient le quotidien dérailler. Ajoutons à cela que la lumière n'est pas toujours au bout du tunnel et c'est tant mieux.

Parle-moi

"Deux sœurs. L’une, enseignante, ne vit que pour son métier ; l’autre n’a qu’une passion : sa maison de campagne et son jardin, qu’elle entretient avec un soin maniaque. Entre elles, un secret et un gouffre. Un affrontement dont la maison est le puissant révélateur. Prix Goncourt et prix du Premier Roman 1996 pour Le Chasseur Zéro, Pascale Roze poursuit une œuvre singulière où le vertige du temps, l’impossible confidence de soi, les peurs que l’on peine à apprivoiser, forment la trame musicale, grave et légère."

Publié dans Partager mes lectures

Commenter cet article

Lucile 22/02/2010 18:58


Et ma valise de Noël est très grande! :) Il faut surtout que je planifie ce voyage, pour commencer!


Lucile 22/02/2010 12:42


Je retente pour la troisième fois de poster ce commentaire... N'hésite pas à virer les doublons, s'il y en a!
Je n'ai pas encore d'avis sur le contemplatif japonais, mais cet auteur me tente bien depuis que j'ai lu ton billet sur La Clé, d'ailleurs! :)  L'extrait cité du Podalydès fait très
envie, en effet, quant à Pascale Roze, même si j'ai beaucoup de mal avec sa voix (tous les dimanches dans "Cosmopolitaine", sur France Inter, where else?! ;-) ) ses écrits me tentent pas
mal depuis l'interview sur auteurs.tv... Pfiou! Tentatrice, va! ^_^


Laetitia BERANGER 22/02/2010 18:54


@Lucile : "Le chasseur zéro" de Pascale Roze me parait très bien pour commencer... Je l'ajoute au prêt de mars si tu veux :-) (Rhooo aller, il est tout petit !)


Yohan 09/02/2010 22:28


Lu le coupeur de roseaux, mais je crois que le contemplatif n'est pas trop pour moi (à moins que tu n'acceptes de répercuter sur moi l'enseignement de Virginie, qui sait ?).
Pour le Podalydès, j'avais lu l'essai précédent, que j'avais beaucoup aimé : une plongée dans le monde du théâtre et les coulisses de la Comédie Française, dans celui du cinéma et de ses attentes
interminables. Un bon moment, qu'il ne me déplairait pas de prolonger...


Laetitia BERANGER 10/02/2010 09:39


@Yohan : Je veux bien tenter la transmission contemplative mais patient tu devras être :-) Et pour le Podalydès, j'entends ta subtile requête et mets de côté le livre pour une prochaine rencontre !
Au fait, je n'ai pas théâtre pendant les vacances scolaires et vous ? Je retournerais bien à la maison de la radio... (ou au bar des ondes !!)


Fawzi Demmane 07/02/2010 12:11


Bonjour.
J'ai découvert votre blog par pur hasard. Un véritable paradis.
Je reviendrai sûrement.
Fawzi.


Laetitia BERANGER 08/02/2010 10:00


Un paradis, vraiment ? ça c'est du compliment:-) Bienvenue à vous et à très vite je l'espère !


virginie 04/02/2010 08:10


Malgré la lenteur du début, c'est une nouvelle que j'ai beaucoup aimé. Tu devrais lire, dans la même collection et du même auteur, "Le pont flottant des songes", une toute petite nouvelle encore
une fois, très troublante ....


Laetitia BERANGER 05/02/2010 09:36


@Virginie : Je te remercie pour cette nouvelle recommandation (et j'en profite pour te nommer mon mentor officiel en matière de littérature japonaise ! Jeune padawan encore long
chemin à parcourir pour apprécier pleinement lenteur et art contemplatif pays soleil levant !).