Festival Cabourg n°2

Publié le par Laetitia BERANGER

Après Cannes, c'est vers Cabourg que je me suis dirigée pour étancher ma soif festivalière (je ne le dirai jamais assez mais : Vive Jean-Mimi !).  Un programme hélas, quasiment condensé sur le samedi mais de belles découvertes néanmoins... 

 

Jour 1 - samedi 12 juin

 

Les courts-métrages :

 

Les satellites de Jean-Baptiste SAUREL

Le cygne de Emma PERRET (Meilleur Acteur :  Joseph Malerba)

Le Nauffragé de Guillaume BRAC

Tremblay en France de Vincent VIZIOZ

 

Je me faisais une joie d'assister à cette sélection car je n'ai pas si souvent l'occasion de regarder des courts-métrages mais de ces quatre-là, je ne retiens que quelques jolies images des "satellites", le reste ne m'a absolument pas interpellée... J'ai en revanche, beaucoup aimé ces deux courts-ci :

 

Julie et ses Jules de Fanny JEAN-NOEL

 

"Il était une fois une jeune femme qui croyait avoir trouvé son prince charmant".

 

  Julie et ses jules

 

Si le fond reste classique (une jeune femme dresse le portrait de ses amoureux successifs), la forme est très originale : décors en carton, bricolage et bouts de ficelle... un univers à la Gondry comme je les aime !

 

 

Une pute et un poussin de Clément MICHEL (Meilleure Actrice : Yelle)

 

"Yelle joue Louise, une jeune femme perdue au beau milieu de nulle part. A un arrêt de bus totalement improbable, elle rencontre un jeune homme costumé en gros poussin qui pédale péniblement sur une bicyclette rouillée. Une rencontre improbable, tendre et loufoque entre deux petits oiseaux paumés qui vont faire un vrai bout de chemin ensemble."

 

Une pute et un poussin

 

Ici, c'est l'association de ces deux personnages improbables ou plutôt leur rencontre dans ce cadre improbable qui m'a très vite séduite ! La forme courte accentue l'aspect parenthèse (dés)enchantée...

 

 

Pieds nus sur les limaces de Fabienne BERTHAUD

 

"Lily ne ressemble à personne. Elle vit dans un univers fantaisiste en harmonie avec la nature, en pleine campagne chez sa mère. Sa sœur aînée Clara, mariée à un jeune avocat plein d’avenir, vit et travaille dans une grande ville loin de la maison familiale. Á la mort de leur mère, Clara doit bouleverser sa vie pour s’occuper de Lily. Sous l’influence de celle-ci, Clara va se remettre en question et goûter à une certaine liberté."

 

Pieds nus sur les limaces

 

Le duo Ludivine Sagnier/Diane Kruger fonctionne très bien. J'ai vraiment aimé observer les liens se tresser entre ces deux soeurs diamétralement opposées, voir comment le comportement de la "trop sauvage" peut influer sur celui de la "trop sage"... Beaucoup d'humour aussi avec juste ce qu'il faut de glauquerie !

 

 

Petit tailleur d Louis Garrel

 

"Il y a Suzanne qui aime Albert, qui aime Arthur, qui aime la fille qui fait l’actrice, qui aime l’homme qui conduit le cabriolet. Il y a la nuit qui n’aime qu’elle-même, et puis la mort qui n’aime qu’une fois. Il faudrait plus de souffle pour embrasser tout le monde et plus de temps pour ne vexer personne."

 

Petit tailleur

 

Un moyen-métrage plaisant mais pas renversant ! L'atmosphère m'a parue très très proche du dernier Garrel (père) "Les frontières de l'aube". De beaux visages magnifiés par un noir & blanc léché mais des dialogues à la fois très écrits et trop creux mon goût...

 

 

Les amours imaginaires de Xavier DOLAN

 

"Francis et Marie sont deux bons amis. Lors d'un dîner, ils rencontrent Nicolas, un jeune homme de la campagne qui débarque tout juste en ville. De rendez-vous en rendez-vous, troublés par d'innombrables signes - certains patents, d'autres imaginaires - les deux complices sombrent dans l'obsession de leur fantasme, et bientôt, un duel amoureux malsain menace l'amitié qu'ils croyaient inébranlable."

 

Les amours imaginaires

 

Voilà mon coup de coeur du Festival !!! J'ai déjà très envie de le revoir et cette fois-ci avec un sous-titrage français car certaines expressions canadiennes m'ont laissée totalement perplexe ! La musique, les couleurs, les looks anachroniques, les plans un ralenti permettant de fixer les regards et les gestes, les signaux fantasmés et ce désir palpable à chaque instant... bon sang, ce que c'est bien vu !  L'esthétique irréprochable  m'a parfois rappelé "A single man" que j'avais adoré...  

 

  

Jour 2 - dimanche 13 juin

 

La jeune fille au carton à chapeau de Boris BARNET

 

"Natacha vit avec son grand-père dans une campagne proche de Moscou, elle y fabrique des chapeaux qu’elle vend à Madame Irène pour sa boutique. Lors d’un trajet vers la capitale, Natacha rencontre Ilia récemment arrivé de province. Pour l’aider à obtenir l’autorisation de se loger à Moscou, Natacha lui propose un mariage fictif. Ilia accepte et s’installe légitimement dans la chambre de Natacha au-dessus du magasin de Madame Irène. Les jeunes gens se croisent souvent et Ilia cherche à persuader Natacha de s‘installer à Moscou avec lui."

 

La jeune fille au carton à chapeau

 

Je n'avais jamais assisté à un ciné-concert, le concept m'a enchantée !  Le film muet était donc accompagné par un pianiste et une violoncelliste présents dans la salle. Un accompagnement musical en live mais aussi quelques clins d'oeil de bruitages (un "toc toc à la porte" frappé sur le corps du violoncelle, un train s'en va et voilà notre pianiste qui sort un sifflet !). Vraiment chouette.

 

 

 

Je repars donc un peu déçue car "Les amours imaginaires" n'ont rien décroché mais ravie pour Julie Delpy et sa "Comtesse" et pour Vincent Rottier dans "Qu'un seul tienne et les autres suivront" (qui m'avait surtout permis de découvrir Pauline Etienne). J'attends novembre avec impatience pour la sortie du "Nom des gens" de Michel Leclerc. Ce titre était sur toutes les lèvres lors de l'attente entre les projections, je n'ai donc pas été étonnée de le voir récompensé par le public de Cabourg...

 

Ma prochaine étape festivalière devrait être parisienne avec "Paris Cinéma" du 3 au 13 juillet. Avant-premières, nuit du cinéma, ciné Karaoké, etc... Et cette année, c'est le Japon qui sera mis à l'honneur, en voilà une bonne idée !

 

Commenter cet article