Google Addict

Publié le par Laëtitia BERANGER

Je dois être forte et affronter la situation en face, inutile de me mentir à moi-même plus longtemps. Il ne me reste plus qu'une seule option... trouver le centre des "Google addicts anonymes" le plus proche !

Referencement Google

Tout a commencé il y a quelques années, par des requêtes frénétiques sur le moteur de recherches bien connu de tous. Etant régulièrement frappée de lubies diverses et variées, cet outil m'a permis en vrac de: tout savoir sur les bienfaits de la consommation de thé vert, débusquer un nombre hallucinant d'ateliers d'écriture en ligne, me mettre au jogging après avoir arpenté tous les forums de joggers assidus et adopter un coach qui me bichonne des plans d'entraînements par mail (d'ailleurs, il est trop fort, il lit l'avenir dans les semelles de baskets, si si je vous jure !), découvrir une passion pour la lecture à haute voix et proposer mon aide à des assoc visant entre autres les publics non/malvoyants, ratisser un max d'informations sur les effets positifs de la luminothérapie sur la dépression hivernale et me convaincre de la nécessité d'acquérir un simulateur d'aube (il trône depuis près de 2 ans sur notre table de chevet et a instauré un concept résolument moderne dans notre couple: nous n'avons plus de côté de lit attribué ! C'est le premier qui se lève qui dort du côté du réveil lumineux !!!), relancer des recherches approfondies sur l'apprentissage de la langue des signes qui m'intrigue depuis toujours... Brefffff grâce à l'ami Google, ma vie est une succession de lubies pleinement assouvies mais sans cesse renouvelées car forcément, une recherche en entraînant une autre...

Et puis voilà que la messagerie "Gmail" a fait son apparition dans ma vie, bouleversant tous mes repères en matière de classement et de traitement des emails. Un service de "tchat" en ligne a été ajouté, permettant de dialoguer en direct avec ses potes eux-mêmes équipés du redoutable Gmail. Résultat: des conversations écrites quotidiennes, drôles, futiles, profondes ("Je vais me faire un café, c'est déjà le 5ème depuis ce matin", "t'as de la clim toi ?") et une dépendance totale entraînant un sentiment de solitude extrême lors des pannes du tchat (Plus de petit rond vert devant mon nom, me voilà livrée à moi-même, ô rage ! ô désespoir !). Cet outil a également donné lieu à une expérience tout à fait étonnante d'écriture à deux mains et en "live" (pour une meilleure compréhension, voir: http://laetitiaberanger.over-blog.com/article-3610592.html).

 

 

Mais tout s'est accéléré il y a quelques jours quand mon ordinateur m'a réclamé le téléchargement de "Google Desktop". J'aurais dû me méfier n'est-ce pas ? Mais pauvre folle que je suis, je n'ai pas vu venir ma perte ! Telle que vous me lisez aujourd'hui, vous ignorez que j'arbore sur le côté droit de mon écran une foultitude d'options fournies par mon Gourou Google. Dans l'ordre:

Publié dans Pêle-mêle

Commenter cet article

jo du livrophile 20/04/2007 19:10

Je te comprends, je suis (presque) aussi atteint que toi... Et on peut aussi rajouter l'invention du Page Rank, qui donne des sueurs froides et des rêves à tous les webmasters... Google s'est vraiment mis le net dans la poche :) Sinon, je ne connaissais pas le "simulateur d'aube"... Pour la marmotte que je suis, ça peut être intéressant, merci du conseil ;)

Laëtitia BERANGER 23/04/2007 15:02

C'est bon de savoir qu'on est pas seul, merci Jos ! Pour le simulateur, tu m'en diras des nouvelles. En tous cas, c'est un investissement que je n'ai jamais regretté ;-) Se réveiller du bon pied, ça n'a pas de prix !