Lectures janvier 2007

Publié le par Laëtitia BERANGER

Fred VARGAS - Pars vite et reviens tard (audio)

Je retrouve le commissaire Adamsberg qui m'avait bien plu à la lecture de "Dans les bois éternels". Une écoute très agréable pour ce récit très "Vargasien". A lire plutôt qu'à voir au ciné(http://laetitiaberanger.over-blog.com/article-5453138.html).

Pars vite et reviens tard

Ce sont des signes étranges, tracés à la peinture noire sur des portes d'appartements, dans des immeubles situés d'un bout à l'autre de Paris. Une sorte de grand 4 inversé, muni de deux barres sur la branche basse. En dessous, trois lettres : CTL. A première vue, on pourrait croire à l'oeuvre d'un tagueur. Le commissaire Adamsberg, lui, y décèle une menace sourde, un relent maléfique. De son côté, Joss Le Guern, le Crieur de la place Edgar-Quinet, se demande qui glisse dans sa boîte à messages d'incompréhensibles annonces accompagnées d'un paiement bien au-dessus du tarif. Un plaisantin ou un cinglé ? Certains textes sont en latin, d'autres semblent copiés dans des ouvrages vieux de plusieurs siècles. Mais tous prédisent le retour d'un fléau venu du fond des âges...

Nancy HUSTON - Ligne de faille

J'étais très impatiente de découvrir ce roman au combien plébiscité et pourtant j'ai bien failli tourner les talons ! En effet, les 100 premières pages m'ont laissée de marbre... Puis, on passe à d'autres personnages, d'autres points de vue et l'intrigue de cette famille se déploit admirablement. Une construction en arbre généalogique, très étonnante et vraiment réussie. Des personnages forts et intrigants, quoique un peu trop radicalement dépeints pour certains.

Lignes de faille

Entre un jeune Californien du XXIe siècle et une fillette allemande des années 1940, rien de commun si ce n’est le sang. Pourtant, de l’arrière-grand-mère au petit garçon, chaque génération subit les séismes politiques ou intimes déclenchés par la génération précédente. Porté par la parole d’enfants victimes d’événements qui les dépassent et de choix qui leur échappent – qui les marqueront pourtant toute leur vie –, ce roman se construit à rebours, de fils en père et de fille en mère, comme on suit en remontant le fil de sa mémoire. Quel que soit le dieu vers lequel on se tourne, quelle que soit l’époque où l’on vit, l’homme a toujours le dernier mot, et avec lui la barbarie. C’est contre elle pourtant que s’élève ce roman éblouissant où, avec amour, avec rage, Nancy Huston célèbre la mémoire, la fidélité, la résistance et la musique comme alternatives au mensonge.

Guillaume MUSSO - Et après... (audio)

Bof Bof. Ecoute sympatoche le soir, pour sombrer dans les bras de morphée mais rien de plus.

Et après

À huit ans, Nathan est entré dans le tunnel lumineux de la «mort imminente».Plongeant dans un lac pour aider une fillette, l'enfant s'est noyé.Arrêt cardiaque, mort clinique. Et puis, contre toute attente, de nouveau, la vie. Vingt ans plus tard, Nathan est devenu l'un des plus brillants avocats de New York. Il a tout oublié de cet épisode traumatisant. Il a même fini par épouser la «petite fille du lac», Mallory, sa femme qu'il a passionnément aimée, puis qui l'a quitté, et qui lui manque comme au premier jour...
Mais Nathan ignore que ceux qui reviennent de l'autre côté ne sont plus tout à fait les mêmes. Aujourd'hui il connaît la réussite, la notoriété et la prospérité. Il est temps pour lui de découvrir pourquoi il est revenu.

Paul AUSTER - Moon Palace

Je jette l'éponge page 180, l'ennui m'empêche d'aborder la seconde moitié de ce roman pourtant chaleureusement recommandé. Aller savoir ;-)

Moon Palace

"Rien ne saurait étonner un Américain." Telle est l’épigraphe empruntée à Jules Verne par laquelle Paul Auster invite le lecteur à suivre les tribulations de son héros. Marco Stanley Fogg raconte ici les circonstances étranges qui ont marqué le commencement de sa vie, depuis son arrivée à New York en 1965 jusqu’à ce que, sept ans plus tard, il découvre l’identité de son père… à temps pour assister à son enterrement. Et ses amours, ses rencontres, sa misère, ses errances dans les paysages mythiques de l’Amérique rêvée constituent le matériau d’un formidable roman d’aventures en même temps qu’elles apparaissent comme les étapes d’un voyage initiatique aux confins de la solitude et de la déréliction — thèmes fondateurs de l’œuvre de l’écrivain.

Publié dans Partager mes lectures

Commenter cet article

Moustafette 12/02/2007 16:43

Merci de prendre mon cas en charge ! ça doit être l'âge car j'avais plaisir à lire Hemingway, Steinbeck, Kerouac etc..Mais Roth, Auster, ce n'est pas faute d'avoir essayé. Ou bien s'agirait-il d'un rejet primaire ?  Peut-être docteur !!!!

virginie 11/02/2007 11:34

Personnellement, je n'ai pas réussi à lire Pars vite et reviens tard, je n'ai pas du tout accroché avec le style de Fred Vargas, mais peut-être que je lui redonnerai sa chance un de ces quatre

Laëtitia BERANGER 12/02/2007 10:05

Virginie, tu es peut-être habituée à des polars plus haletants ? Car c'est vrai que le style de Vargas est assez particulier. Elle dit elle-même faire du "rompol" ce qui signifie vraiment pour moi autant roman que policier. D'autre part, "Pars vite et reviens tard" n'est pas le plus original de ceux que j'ai lu. Encore une fois, je trouve que "Dans les bois éternels" est bien plus singulier. Et je dois avouer que le commissaire Adamsberg y est pour beaucoup ;-)

Moustafette 09/02/2007 18:39

Suite à cette critique du livre de Paul Auster, je me sens moins seule. Quelqu'un pourrait-il m'expliquer pourquoi je bloque systématiquement sur la littérature américaine ?!!!

Laëtitia BERANGER 12/02/2007 09:52

Tant mieux si tu peux trouver du réconfort ici Moustafette ! riresss. Je ne saurais te dire le pourquoi du comment mais peut-être pourrais tu nous indiquer quelle littérature te botte ? Ainsi nous aurions tous les éléments pour plancher sur ton cas ;-)

Ambroise 09/02/2007 14:47

Bonjour, je découvre votre blog par le biais du blog du Livrophile... Je me permets de laisser un petit comm... concernant le livre de Fred Vargas que je vais m'empresser de lire (je devais déjà le lire suite à une note de Laura, une amie bloggeuse). J'aime beaucoup le titre et ce qu'il évoque dans le fond et dans la forme... J'aime aussi beaucoup les intrigues surtout si elles nous transportent vers d'autres rivages mystérieux..
 
 

Laëtitia BERANGER 12/02/2007 09:49

Bonjour Ambroise et bienvenue, permettez-vous autant de commentaires que vous le souhaitez ! rires. Ce roman est le second Vargas que j'ai lu, là je suis en train d'en lire un autre mais ma préférence va pour le moment au tout premier lu "Dans les bois éternels" où l'ambiance plus que l'intrigue m'a séduite. Les personnages secondaires sont particulièrement soignés vous verrez. A l'occasion, repassez me dire ce que vous en aurez pensé !