Lectures décembre 2006

Publié le par Laëtitia BERANGER

Muriel BARBERY - L'élégance du Hérisson

Tout ce que j'aime lire et même ce que j'adorerais écrire ! Des personnages que je ne suis pas prête d'oublier, des petits plaisirs de la vie admirablement soulignés (oui toujours ces "détails vrais" dont je raffole !), des émotions, des sourires... Un merveilleux moment de lecture. Je me suis sentie si bien dans cet univers que j'ai tenté d'en faire durer la lecture pour ne pas qu'elle s'achève trop vite... et j'en redemande ! Je convoite donc son premier roman "Gourmandises", je vous en dirai des nouvelles.

L'élégance du hérisson

 

L’immeuble où se déroule l’action de ce roman, rue de Grenelle à Paris, semble bien ordinaire : une vie d’immeuble tranquille, animée par de petits différends de copropriété ou de voisinage. Les occupants offrent une palette humaine représentative de l’espèce dans le moins bon comme dans le pire.  Deux d’entre eux, pourtant, n’ont rien de banal. Ce sont les deux narratrices, qui prennent alternativement la parole pour donner de l’immeuble et du vaste monde qui l’entoure une vision inattendue.

La première est la concierge, Renée, douée d’une intelligence redoutablement acérée et d’une érudition encyclopédique (qu’elle s’efforce de dissimuler afin de ne pas froisser ses administrés, persuadés qu’en ce monde chacun doit se tenir à sa place). L’autre narratrice, Paloma, douze ans, est une gamine surdouée affligée d’une famille qui ne la mérite pas. D’une maturité effrayante, Paloma nous livre ses pensées les plus intimes et les plus stupéfiantes. Elle se donne encore quelques mois pour faire le tour de la question existentielle, après quoi elle envisage des changements radicaux.

Mais l’arrivée dans l’immeuble d’un nouveau copropriétaire, un riche Japonais d’un certain âge, Monsieur Ozu, qui porte sur tout et sur tout le monde un regard d’une intelligence aiguë, va bouleverser la donne… Muriel Barbery use des armes de la satire, mais chacun des habitants de l’immeuble pèse son poids de chair et de contradictions grâce à mille détails concrets qui nourrissent ce roman pétillant et espiègle.

 

Stefan ZWEIG - Lettre d'une inconnue

(en audio : Interprété par Claude Bermann)

Pas accroché avec cette complainte féminine, pourtant très joliment lue.

 

Lettre d'une inconnue

 

Lettre d’une inconnue, un des textes les plus déchirants qui soient, souvent adapté au théatre, est la confession, à la veille de sa mort, d’une femme à un homme qu’elle a aimé toute sa vie et qui ne l’a jamais vraiment « vue », jamais vraiment regardée.

Camille DE PERETTI - Thornytorinx

Je me souviens d'avoir vu l'auteure dans une émission de télé et à l'époque le sujet ne m'avait pas tentée, trop dérangeant. Et pourtant... Ce récit est excellent, très bien mené et le style plus que percutant. Témoignage sans détour d'un engrenage infernal.

Thornytorinx

Depuis toujours, Camille est une princesse. Elle doit donc avoir de jolies robes (traduisez: faire du shopping), être intelligente (comprenez intégrer une grande école de commerce) et être toujours la plus belle (en d'autres termes être mince). Elle s'attelle consciencieusement à la tâche et, à vingt ans, c'est une élève brillante, élégante, et une véritable brindille de 50 kilos pour 1 mètre 70. Mais lorsque ses études l'éloignent de ses rêves, que son cœur s'enflamme pour un beau ténébreux et que son poids commence à fluctuer, rien ne va plus. Son recours? Se faire vomir, systématiquement, jusqu'à l'obsession: Camille est devenue une boulimique anorexique. Seulement, les princesses ne sont pas malades, et pour l'ex-petite fille modèle va alors commencer un long et tortueux combat...

 

 

François WEYERGANS - Trois jours chez ma mère

Quelque chose  a dû m'échapper... Voilà 1 an que je guette ce livre à la biblio et quand je mets enfin la main dessus... je m'ennuie et me force à aller jusqu'au bout en m'auto-persuadant qu'une fin ébouriffante m'attend (ce qui justifierait les nombreuses éloges entendues à son sujet). Que neni ! Pas compris...

Trois jours chez ma mère

 

" Dans le train, il colla sa tête contre la vitre et aperçut en surimpression, flottant au milieu d'un décor de broussailles, un visage blême et crispé, le sien, avec son front reconnaissable, haut et dégarni, ses paupières gonflées et sa bouche aux lèvres minces. Il eut envie de se dire à lui-même : "Qu'est-ce que je peux faire pour toi ?" Ce visage si près du sien lui inspirait une profonde sympathie. " Nuit après nuit, un homme très perturbé se protège en évoquant son passé - tant de voyages, tant de rencontres amoureuses qui restent obsédantes. Sa mémoire lui donne le vertige. Ses souvenirs l'aideront-ils à aller mieux ? Il s'invente une série de doubles qui mènent une vie sentimentale tout aussi agitée que la sienne. Il voudrait aller rendre visite à sa mère. Elle vit seule en Provence et aura bientôt quatre-vingt-dix ans. Il a d'abord un travail à finir. Sa mère lui déclare : " Au lieu d'envoyer des fax à ta dizaine d'amoureuses, tu devrais publier un livre, sinon les gens vont croire que tu es mort. "
Mieux que personne, François Weyergans mêle la profondeur et l'humour, l'émotion et le rire, dans ce roman qui affirme avec force les pouvoirs de la littérature.

 

Publié dans Partager mes lectures

Commenter cet article

Moustafette 23/01/2007 12:14

Merci de m'avoir permis de découvrir Evene !!!

Laëtitia BERANGER 24/01/2007 09:47

Bienvenue Moustafette ! Evene est une mine d'informations culturelles, tu n'as pas fini de te régaler ;-)

Moustafette 23/01/2007 08:57

Bonjour Laëtitia !  L'élégance du hérisson est un petit bijou d'humanité . Méfions-nous des apparences !  Quant à 3jours...je suis de ton avis; sur le même thème " Ah les mères! " j'ai nettement préféré La méthode Mila de L. Salvayre.

Jos du Livrophile 03/01/2007 16:18

merci de tes conseils, laëtitia ! L'élégance du Hérisson est un de mes livres préférés de cette année : sensibilité, profonde humanité, humour, ce petit hérisson a tt pour lui :)

amandine 03/01/2007 12:14

Les critiques étaient tellement mauvaises que je n'ai pas voulu le lire, j'ai peut-être eu tort ?