Zabou filme comme j'aime lire

Publié le par Laëtitia BERANGER

 

J'avais adoré "Se souvenir des belles choses", j'étais donc très impatiente de découvrir "L'homme de sa vie".

Je suis allée le voir hier soir et en suis ressortie comme d'un tour de "Space Mountain": sonnée, bluffée. Essayant de retracer le parcours à toute allure, me remémorer le nombre de loopings, le sens des vrilles, la lune, les étoiles... Là, c'est le même chamboulement mais sans le mal de crâne !

Je retrouve ces perles de "détails vrais" si chers à mon coeur: Les gouttes d'eau sur les visages, le voile pris dans un courant d'air, les petits pieds nus sur le parquet, la petite chaise près du lit, les cerises qu'on croque allongés dans l'herbe...

L'histoire... oui je ne vous ai pas encore parlé de l'histoire, je manque à tous mes devoirs...

Le Pitch

Comme chaque été, Frédéric et sa femme Frédérique (aussi) vont passer les vacances dans leur grande maison perdue au milieu de la Drôme, avec une bonne partie de leur famille. Un soir, ils invitent à dîner Hugo, leur nouveau voisin, qui affiche avec amusement son homosexualité. Hugo et Frédéric, restés seuls à discuter de l'amour jusqu'à l'aube, vont nouer une relation qui va jeter le trouble dans leur coeur et dans leur entourage...

Voilà, ça c'est dit mais c'est bien loin de résumer la complexité des rapports entre les êtres évoqués dans ce film ! L'histoire est traitée avec une finesse, une subtilité incomparable. D'abord le couple Léa Drucker/ Bernard Campan, nous invitant à partager l'intimité de "je t'aime" murmurés pour eux seuls, de jeux et de complicité. Puis le duo complexe Charles Berling/Bernard Campan, tout en retenue, l'étiquette qu'on n'ose pas remettre à l'intérieur du pull, les battements du coeur qui s'accelèrent sur le cardio, les plans insistants sur la nuque de celui qui court devant soi... Sous la caméro de Zabou, les regards, les corps sont sublimés. Tout tout est fort, tout a son importance, tout.

Une montée en puissance ponctuée de décors incroyables, des champs de tournesol, des couleurs plein les yeux, des arbres, une rivière, de la nature mieux qu'en vrai ! Et puis quelques scènes hors du temps comme un tango, comme des mots éphémères formés sur un mur, comme...

J'en dis sûrement trop, j'espère que vous ne m'en voudrez pas. Mais il aurait encore tant à dire sur ce film qui ne passe déjà plus que dans un seul UGC parisien.

Mon avis

Vous l'avez compris. Une dernière chose, j'ai classé mon article dans la catégorie "De l'écrit à l'écran" mais là, il s'agirait plutôt d'une requête d'écran à l'écrit ! Zabou, à quand un roman ???

 

Pour bande annonce, extraits, interviews des acteurs, démarche etc... le site officiel :

www.lhommedesavie.com

  

Et si vous ne l'avez pas déjà vu, précipitez-vous sur le DVD:

J'en parlerai plus une prochaine fois dans un article spécial "troubles de la mémoire" ;-)

Commenter cet article

CHOUBIDOUX 31/10/2006 17:43

Tes commentaires sont aussi beau que ce film que j'ai aussi adoré. Si Zabou lisai tes lignes elle en serai aussi chamboulé que toi par son film

amandine 31/10/2006 17:28

Là je suis entièrement d'accord avec toi. J'ai vu les deux, j'en ai d'ailleurs fait une critique sur mon blog. Films a voir. Merci de nous faire partager tes goûts.

Laëtitia BERANGER 16/11/2006 10:40

Ces deux films sont vraiment de petits bijoux mais j'ai l'impression qu'ils n'ont pas rencontré leur public. J'en ai très peu entendu parler. "L'homme de sa vie" n'est déjà plus à l'affiche chez UGC... Merci à toi de réagir à mes articles, se sont les échanges qui m'intéressent dans cette démarche ;-)