Ma nouvelle meilleure amie n'existe pas...

Publié le par Laetitia BERANGER

... elle s'appelle Chloé Delaume et c'est un personnage de fiction ! Je n'invente pas, c'est elle-même qui l'affirme. Elle est arrivée dans ma vie d'une drôle de façon ; en ouvrant grand les portes, en créant des courants d'air. D'habitude, moi je ne n'aime pas trop ça les courants d'air, figurez-vous ! En plus, nous parlons ici d'un air vicié car dans la tête de macopinechloé (copyright caro) c'est pas toujours très gai...


Tout à commencé sur France Inter (encore !), j'entends Aurélie Sfez - chez Kriss, une autre copine virtuelle - parler de créations sonores, d'une bande originale créée pour le roman de Chloé Delaume "Dans ma maison sous terre". Les mots "scie musicale", "piano préparé", titillent mes oreilles d'apprentie bricoleuse sonore, je retiens donc le titre. Quelques jours plus tard, dans l'émission "Jeux d'épreuves" sur France Culture, les chroniqueurs s'attardent justement sur le roman de Chloé (c'est ma nouvelle meilleure amie alors j'ai le droit de l'appeler par son prénom, non mais !). Ils en disent le plus grand bien et recommandent le numéro 100 du "Matricule des Anges" qui consacre tout un dossier à cette mystérieuse auteure (non décidément, je n'arrive pas à me résoudre à mette un "e" à auteur). Là, ça commence à m'intriguer. Si je ne craignais pas de passer pour une folle, je dirai bien que je me suis sentie appelée, oui parfaitement !


Dans ma maison sous terreAlors la suite est toute simple, j'ai couru à la librairie Tschann (ils répondent toujours présents quand je cherche une revue particulière !) et me suis procurée le dit Matricule et le roman dans la foulée. Mais ça n'est pas tout... non, pas du tout ! Histoire de bien creuser ma nouvelle lubie, je googlelise ma nouvelle amie et découvre son site internet (sur lequel je vais d'ailleurs pouvoir écouter la fameuse BO du roman, vous suivez oui ?!). Et alors là, que vois-je, que lis-je ??? "Eden matin midi et soir" une pièce écrite par Chloé Delaume qui se joue à la ménagerie de verre jusqu'au samedi 28 mars (petit repère temporel, au moment crucial de cette découverte, nous sommes jeudi 26 mars). Alors là, vous commencez à me connaître et vous en déduisez que j'ai pris mon élan et réservé ma place... Bingo, vous avez gagné !


Un ptit copié/collé pour expliquer de quoi ça cause :

"Toutes les cinquante minutes, une personne se suicide en France. Adèle est de ceux qui tentent régulièrement de mettre fin à leurs jours. Dans la chambre de l’hôpital où elle se réveille après une énième tentative, Adèle répète. Ce qu’elle devra dire au médecin pour qu’il la laisse partir; ce qu’elle devra confier aux proches qui devront lui survivre, aussi. Parce que son Moi est fragmenté en de multiples voix internes, la pensée d’Adèle est accidentée, parsemée de ruptures, de conflits. Le mal dont elle souffre est complexe, il se décline et se questionne dans un paysage mental durant ce monologue, qui dure, bien sûr, cinquante minutes." "Monologue écrit par Chloé Delaume pour la comédienne Anne Steffens et le metteur en scène Hauke Lanz, c’est séance après séance que cet objet théâtral s’est inventé dans une contamination permanente et mutuelle entre écriture et scène."

Je n'ai pas regretté mon élan car j'ai trouvé la pièce fantastique. Le sujet est sensible et pourtant parfois on rit, la langue est belle, la comédienne excellente. Le décor surprenant, l'habillage sonore tout autant. Pffff voilà que je n'ai que ces platitudes à vous donner alors que j'ai adoré. C'est comme pour le roman, j'essaierai de vous en parler avec mon compte-rendu mensuel mais ça n'est pas gagné. Il y a beaucoup de ressenti là-dedans, une histoire, des personnages, oui bien sûr ; mais des mots, surtout des mots. Les mots, seuls, directement. Chuchotés ou criés au micro, balancés sur les murs, enfouis dans le sol. Les mots m'ont bousculée, j'ai aimé.

Alors je range ce billet dans "Une rencontre, un auteur" même si je n'ai pas à proprement parler, rencontré Chloé Delaume... j'ai passé mon week-end enrobée de ses mots et comme elle est elle-même un personnage de fiction, ça compte, non ?! Et puis, je l'ai aperçue sur les gradins tout en haut, avec ses grandes lunettes qui lui donnent un air de chouette, l'air de manger le décor aussi et les gens qui l'entourent. Une chouette amie que je me choisis donc pour moi toute seule. Nous avons déjà fixé 14 rendez-vous comme autant de romans et ensuite nous verrons... car l'amitié, parfois c'est compliqué.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Caro[line] 04/04/2009 01:46

(ATTENTION : Je vais faire un jeu de mot pourri, mais ce n'était pas le but à la base...)Très chouette, cet article ! Mais bon, je ne crois pas que Chloé et moi pourrions être amies... ;-)

virgo 30/03/2009 19:08

CHOUETTE...LA CHOUETTE ! bisesvirgo