Jamais 2 sans 3

Publié le par Laetitia BERANGER

Samedi, dimanche, lundi : 3 films dont j'ai envie de vous parler...


L'AUTRE

Réalisé par
Patrick Mario Bernard, Pierre Trividic

Avec Dominique Blanc, Cyril Gueï, Peter Bonke

L'Autre


"Anne-Marie se sépare d'Alex. Il veut une vraie vie conjugale. Elle veut garder sa liberté. Ils se séparent sans heurt et continuent à se voir. Pourtant, lorsqu'elle apprend qu'Alex a une nouvelle maîtresse, Anne-Marie devient folle de jalousie. Et bascule dans un monde inquiétant, fourmillant de signes et de menaces."

La bande-annonce


J'avais au moins deux bonnes raisons d'aller voir "L'autre": d'une part la découverte de Dominique Blanc, il y a peu avec "La douleur" de Duras, d'autre part,  le fait que ce film soit l'adaptation d'un roman d'Annie Ernaux (L'occupation). J'ajouterais que le thème de la jalousie me botte bien et s'il fallait encore un argument : que le film soit programmé au "Saint-Germain-des-prés" avait décidément tout pour me plaire ! (J'ai été forte, pas de détour par la boutique Ladurée... et en bonus, un spectacle de rue réjouissant : un jeune homme - musclé et réchauffé au vu de son débardeur ajusté - manipulant avec virtuosité des boules en verre.) Bref, revenons à notre sujet : le film m'a plu ! Il ne s'y passe finalement que de toutes petites choses mais très lourdes de sens. C'est un film de ressenti, cela passe par le corps et par le regard de Dominique Blanc. Comme si la frontière était très fine entre jalousie et folie, comme s'il fallait surveiller ça de très près. Alors Dominique Blanc s'observe avec attention et nous sommes pris dans ce jeu de miroirs à notre tour, c'est très réussi.


35 RHUMS


Réalisé par Claire Denis
Avec
Alex Descas, Mati Diop, Nicole Dogue

35 Rhums


"Lionel est conducteur de RER. Il élève seul sa fille, Joséphine, depuis qu'elle est toute petite. Aujourd'hui, c'est une jeune femme. Ils vivent côte à côte, un peu à la manière d'un couple, refusant les avances des uns et les soucis des autres. Pour Lionel, seule compte sa fille, et pour Joséphine, son père. Peu à peu, Lionel réalise que le temps a passé, même pour eux. L'heure de se quitter est peut-être venue..."

La bande-annonce
Le site officiel
Une interview de Claire Denis (Elle y explique que le métro ne l'intéresse pas en raison des voyages en sous-terrains !)


Je me suis fondue dans l'ambiance de ce film immédiatement, les premières minutes ne comportent aucune parole : les rails qui défilent, les passagers ; le conducteur du RER qui termine sa journée, allume une cigarette. Le tout habillé d'une somptueuse musique, moi j'adore ! Là aussi, on pourrait dire qu'il ne s'y passe pas grand chose et pourtant... c'est plein de vie, plein de tout ce qui ne se dit pas entre gens qui s'aiment. Un journaliste faisait part de son admiration à Claire Denis sur sa capacité à filmer avec émotion de simples "rice cooker" (elle dut admettre qu'elle possède effectivement un don pour mettre en valeur l'électroménager !) cela m'a fait sourire mais c'est surtout très vrai ! Deux "rice cooker" (c'est affreux ce mot mais comment appelez-vous ces appareils qui cuisent le riz à la vapeur ?!) en plan fixe et c'est toute la relation père/fille qui prend forme, chapeau !

Vu dans une salle de ciné indépendante que je ne connaissais pas encore (et acceptant la carte UGC) Le cinéma du Panthéon où règne un joyeux bordel ! A l'entrée, deux files s'entremêlent : les "avec ticket" et les "sans ticket". On entre, on achète sa place et hop on ressort pour repasser de nouveau sous le nez de la première file afin de gagner la salle. Entre les petits nouveaux agacés ou inquiets et les anciens plutôt bienveillants, pas le temps de s'ennuyer ! Une fois installée, j'entends une dame s'adresser à son amie "les toilettes sont à l'image de la circulation à l'entrée !" Je m'enfonce un peu plus dans mon siège, je me régale !


EDEN A L'OUEST

Réalisé par Costa-Gavras

Avec Riccardo Scamarcio, Eric Caravaca, Ulrich Tukur


Eden à l'Ouest

"Eden à l'Ouest tente de faire écho au parcours, à l'errance, à l'histoire de ceux - hier ce fut nous-mêmes ou nos pères et mères - qui traversent la terre, bravent les océans et les uniformes à la recherche d'un toit. L'histoire d'Elias n'est pas celle d'Ulysse, ni celle de Jean-Claude, ni la mienne. Mais je me reconnais dans Elias, cet étranger qui ne m'est pas étranger..."

La bande-annonce

Bon, inutile de se mentir... j'ai beaucoup aimé ce film mais aurais-je eu le même avis si le personnage principal n'était pas incarné par Riccardo Scarmarcio ? Je peux répondre à ma propre question : NON ! Riccardo est beau mais c'est vraiment peu dire, on ne voit que lui et sa présence à l'écran ne peut se résumer à ses beaux yeux (Pardon ? Ah oui, bien sûr il y a ses fesses aussi !! Rhoooooo). Non sans blague, c'est vraiment un très bon acteur. Alors oui, c'est vrai qu'il rencontre de trop nombreuses caricatures (de personnes ou de situations) sur sa route, dans le bon comme dans le mauvais mais moi, j'ai vraiment été embarquée dans son périple.

Lo a aimé aussi, Magda est beaucoup plus sévère !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

virginie 27/02/2009 13:41

Tu es allée voir 35 rhums dans le cinéma qui est exactement à côté de chez moi. La prochaine fois que tu y vas, viens prendre un thé à la maison, avant la séance (ou après) !!!

Laetitia BERANGER 02/03/2009 15:37


@Yohan : Mais si, tu peux le faire ! Couraaage ;-)
@Virginie : Tiens, ça c'est rigolo. Merci de ton invitation, je te tiendrai au courant alors !


Yohan 27/02/2009 13:26

Trois films qui me font de l'oeil, le tout est de trouver un moment pour les visionner !  C'est pas gagné !!!

Orchidee 26/02/2009 23:27

j'ai entendu parler de 35 rhum sur inter la semaine derniere , ça avait l'air trés fin dans la façon de filmer les relations ...

Laetitia BERANGER 27/02/2009 10:03


@Lo : Je suis sûre que ces films pourraient de plaire, tu me diras !
@Lucile : Je laisse le RER à Claire Denis, mon terrain de chasse à moi est définitivement le métro ! Mais tu as raison, j'ai tout de même dû développer une sensibilité particulière aux scènes
de train ;-)
@Orchidée : Un point pour toi auditrice de France Inter !! Plus sérieusement, oui c'est vrai que les relations (père/fille mais pas seulement) sont très finement abordées, cela passe souvent plus
par les gestes, les regards que par les mots.


Lucile 26/02/2009 20:10

Plutôt bonne pioche alors! :) L'autre m'intrigue assez, et ton commentaire de 35 rhums est alléchant aussi! ^_^ Un film sur le RER ça te va bien (rapport aux dérobées, of course!) en plus!

Lo 26/02/2009 17:46

Riccardo met une grande partie de la gente féminine d'accord !Et j'ai vraiment envie de voir les 2 autres films, 35 rhums et L'autre, j'espère qu'il ne vont pas me filer sous le nez !