Duras ou l'impossible adaptation ?

Publié le par Laetitia BERANGER


UN BARRAGE CONTRE LE PACIFIQUE


Réalisé par Rithy Panh

Avec Isabelle Huppert, Gaspard Ulliel, Astrid Berges-Frisbey


"Indochine, 1931. Dans le Golfe du Siam, au bord de l'Océan Pacifique, une mère survit tant bien que mal avec ses deux enfants, Joseph (20 ans) et Suzanne (16 ans), qu'elle voit grandir et dont elle sait le départ inéluctable. Abusée par l'administration coloniale, elle a investi toutes ses économies dans une terre régulièrement inondée, donc incultivable. Se battant contre les bureaucrates corrompus qui l'ont escroquée, et qui menacent à présent de l'expulser, elle met toute son énergie dans un projet fou : construire un barrage contre la mer avec l'aide des paysans du village. Ruinée et obsédée par son entreprise, elle laisse à Joseph et Suzanne une liberté quasi-totale. C'est alors que M. Jo, fils d'un riche homme d'affaires chinois tombe sous le charme de Suzanne. La famille va tenter d'en tirer profit..."


La bande-annonce



Je m'interroge franchement... est-ce une bonne idée d'aUn barrage contre le Pacifique - Isabelle Huppert et Astrid Berges-Frisbeyller voir les adaptations ciné des livres que l'on a aimés ? Parce que finalement, moi, je suis presque toujours déçue. Ici, la garde robe d'Isabelle Huppert est bien trop fournie, sa peau trop pâle, ses manières trop bonnes... Ce n'est pas du tout "la mère" telle que je me l'étais imaginée. Je n'ai pas retrouvé la moiteur et la violence ressentie lors de ma lecture, tout est trop propre, trop joli. Je ne parle même pas de la chronologie bouleversée, des éléments essentiels laissés de côté (la rencontre de Joseph avec la jeune femme riche transposée au restaurant alors que la tension du désir était sublime dans le cadre original : une salle de cinéma, le rôle de Carmen réduit en peau de chagrin, etc...) Je n'ai pas reconnu Suzanne (transformée ici en idiote), j'ai trouvé les scènes de gramophone fadasses et surtout le moment où M. Jo gratte à la porte de la salle de bain pour supplier Suzanne de se montrer nue... grotesque !

J'avais pourtant aimé l'Amant (je ne l'ai pas encore lu donc pas de comparaison possible !) mais c'est sans doute la voix off de Jeanne Moreau qui permettait de retrouver les mots de Duras sans les transposer dans d'improbables dialogues. Ici, cela m'a souvent semblé ridicule d'entendre Huppert les restituer.

Je recommande donc à ceux qui l'ont lu de rester sur les images crées au fil de leur lecture et aux autres... de le lire ! Car sans attachement particulier à Duras, le film doit paraître diablement long.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

ckankonvaou 22/01/2009 16:59

Coucou... j'ai lu le livre il y a quelques années, j'avais bien aimé quoique trouvé un peu long..... certainement que l'on ne se représente pas la "mère" interprété par Isabelle Huppert ou l'inverse..... mais I.H. l'a bien dit : je ne correspond pas à l'idée de la mère que peut en donner le livre.... L'impression qu'il me reste de cette lecture ancienne : c'est l'éternel recommencement, on entasse des sacs de riz, ceux du dessus retombent et on recommence et ça ne cesse pas... toujours et toujours recommencer pour avancer très très lentement...... et puis on va en ville essayer de vendre un diamant... mais voilà... c'est un "crapeau"... maintenant je fais très attention quand j'achète MES diamants, chaque semaine, hihihi que ce ne soient pas des crapauds.....Peut être que j'irai voir le film pour me redonner une idée du livre.......Merci de ces com'

Laetitia BERANGER 26/01/2009 18:42



Si tu le vois, reviens me dire ce que tu en auras pensé mais relire le texte serait une meilleure idée à mon sens ;-)



Emeraude 22/01/2009 11:36

je ne l'ai pas lu... mais j'ai vu le film est pour être aussi franche que possible, j'ai trouvé ça chiant !!! et ça ne m'a pas du tout donné envie de lire le livre vois tu ! ;-)

Laetitia BERANGER 22/01/2009 11:48


Je ne suis pas étonnée Emeraude puisque j'achevais ma critique par "sans attachement particulier à Duras, le film doit paraître diablement long" !