Rédac' n°5 - "Remous"

Publié le par Laetitia BERANGER

J'ai laissé passer quelques sujets... mais celui-ci valait vraiment la peine d'être tenté !


Je vous rappelle le principe : chaque mois, le même jour, à la même heure, des rédac' blogueurs écrivent un billet sur un sujet commun. Ce mois-ci : 1/ckankonvaou;2/Avec nous en Floride...;4/Le blog de Laetitia Beranger;5/Le blog d'Orchidee;6/D'Athènes à Montréal;7/En direct des iles;8/Zürichardie;9/Il était une fois dans le sud...;10/le Denis Blog;11/Le blog de hibiscus;12/tranche de vie;13/Chocobox;14/good.mood;15/mouton.bergerie;16/une parisienne à Athènes;17/Lodi;18/Gazou;19/Sur les traces du chevalier ours;20/Betty looo-les cornus planchent sur le sujet "Remous" allez aussi voir leur version et bonne lecture !




C'est un rituel. Elle se déshabille, boude le grand miroir et entre dans la baignoire à moitié vide. Ou plutôt non, à moitié pleine. Avant toute chose, une grande salle de bain ! Voilà sur quel critère l’agent immobilier avait dû se baser pour lui trouver un appartement. Elle verse un peu plus de liquide moussant, regarde les icebergs se former tout tranquillement autour d'elle. Elle aime bien sentir le niveau de l'eau monter, voir son corps se cacher peu à peu sous la mousse.  Il entre. S'arrête devant le lavabo ; descend sa braguette d'une main, tourne le robinet de l'autre. Ballet synchronisé des deux jets qui cessent simultanément. Il sort sans m'avoir vue, sûrement à cause de la buée sur le miroir qui masque mon reflet.

 

Dans son bain, elle se sent bien. Belle et douce pour elle seule. Puisqu’on ne semble pas la voir, elle décide de s'immerger pour de bon, disparaître le temps d'une apnée. Laisser l'eau s'infiltrer dans ses oreilles ; s'installer dans ce cocon, au creux d'elle-même. La mousse occulte complètement son corps. Sa présence n'est trahie que par ces quelques bulles qui s'échappent de son nez, de sa bouche. Les mains ont glissé sur le dessus de mes pieds puis enserré mes chevilles. Elles recueillent à présent chaque talon dans leur paume et commencent à les masser. Elles remontent ensuite le long de mes jambes, accentuent la pression, sortent les griffes. Quand elle refait surface, l'Apollon au bout de sa baignoire est à nouveau de marbre.

 

Elle souffle sur la mousse, dessine sur sa peau de la dentelle fine. Le charme opère : l'eau chaude détend sa nuque, ses épaules. Ils font irruption dans la salle de bain. L'un plonge la tête de l'autre dans les toilettes. Celui qui se noie dit qu'il ne sait rien. Celui qui lui maintient la tête dans la cuvette n'a vraiment pas de temps à perdre. Il empoigne le corps de l'autre et le propulse sur le carrelage. Une longue glissade... je tends l'oreille... et c'est un strike ! Elle se demande si un homme comme lui serait d’accord pour l’accompagner dans ce club rue des Martyrs.

 

Une petite musique lui trotte dans la tête mais les paroles résistent. Ses cheveux lui collent au visage, elle a chaud. La vapeur a envahi la pièce. C'est Bashung qui lui susurre que « madame rêve… d'atomiseurs Et de cylindres si longs Qu'ils sont les seuls Qui la remplissent de bonheur… Rêve d'archipels De vagues perpétuelles Sismiques et sensuelles… D'un amour qui la flingue D'une fusée qui l'épingle Au ciel Au ciel… »

 

Alors, elle s'enfonce un peu plus dans l'eau et du bout du doigt, actionne le bouton déclencheur de remous.

Publié dans La rédac' du mois

Commenter cet article

Amarante 30/05/2009 17:42

J'ai pas compris l'histoire des toilettes. Elle se baigne pendant que son mari fait pipi ?
Sinon, à part ça, moi, j'aime pas trop les baignoires à remous. Ca fait trop de bruit !

kik' 20/01/2009 10:07

La sensualité du taxte envahit l'espace,"la grande salle de bains", jusqu'à l'intinmité de la baigneuse bercé par les paroles de Basshung jamais à ce point révellées.Kik'

Optensia 17/01/2009 08:47

BRAVO ! J'ADORE !

Marc Hamon 15/01/2009 20:17

 Joli bain de mots et de sensations dans lequel on rejoindrait bien l'auteur tant la température y semble idéale, c'est à dire chaude sans être émolliente... Merci pour cette brêve immersion onirique, gardez le cap, chère Lætitia,et n'ayez crainte de faire des vagues!

ckankonvaou 15/01/2009 16:10

Quel talent !!!!!