Lacrimosa au Rond-Point

Publié le par Laetitia BERANGER


D'après le roman de Régis Jauffret
Lu et interprété par Régis Jauffret sous le regard d'Anne Bourgeois
Durée : 1h00 - Jusqu'au 30 décembre  


"Il paraît aussi que maintenant tu me vouvoies comme une passante. Je suis devenue si lointaine? Et de quel droit me donnes-tu un nom de gâteau?

Il l’appelle «Chère Charlotte». Elle dit: «Mon pauvre amour». Le ton est douloureux. En fait, un des deux interlocuteurs manque. Celle qui répond au nom de Charlotte n’appartient plus au monde des vivants. Aussi celui qui s’adresse à elle est-il en quelque sorte obligé de faire les questions et les réponses. Car Charlotte a bien existé. Elle a mis fin à ses jours, il y a un peu plus d’un an. Régis Jauffret, auteur et acteur de ce Lacrimosa qu’il interprète seul sur scène, s’adresse ainsi à celle qui a disparu. En tant que romancier, il n’a pu s’empêcher d’imaginer des répliques venues d’outre-tombe. Lui qui s’est toujours défendu d’écrire des récits autobiographiques a pris une fois encore le détour de la fiction. S’agissant de traiter un sujet aussi intime, il lui a fallu quand même en passer par cette affabulation. Histoire d’entendre une fois encore la voix de l’absente. Ou de lui donner la parole au-delà de la mort. Rien d’étonnant alors s’il a souhaité – n’étant pas comédien – interpréter en personne sur les planches les deux protagonistes de ce dialogue. Le théâtre n’est-il pas le lieu où l’on fait parler les morts ?"


Le site du théâtre
La page du spectacle


Si le procédé romanesque est périlleux, l'adaptation pour la scène l'est encore davantage ! Et pourtant, pourtant... cela fonctionne. Régis Jauffret n'est pas comédien mais il relève parfaitement le défi. Une mise en scène sobre pour la lecture de cette étrange correspondance : quelques chaises, des jeux de lumière, un verre d'eau. La morte n'est pas là mais Régis Jauffret nous donne à entendre sa voix, l'esquisse pour nous en ombres chinoises. Il déambule entre les chaises, s'agenouille et passe son bras autour de celle que l'on imagine reposer là, contre le dossier. La voix de Régis Jauffret m'a fait ressentir plus de tendresse à l'égard de Charlotte que lors de ma propre lecture. De l'émotion et un bel hommage à cette petite voix moqueuse du fin fond de son ailleurs.

L'avis de Yohan bientôt ?


Lacrimosa

"Vous étiez dans les bras de votre mère. Vierge à l'Enfant, Pietà, mais en guise de crucifié c'était seulement une jeune femme qui s'était pendue. Quand leurs filles meurent, les femmes en redeviennent grosses jusqu'à la fin de leur vie. Leur ventre est beaucoup plus lourd que la première fois."


Mon avis sur le livre



Publié dans Les mots en scène

Commenter cet article

Magda 26/12/2008 10:51

Tiens, tiens, Lacrimosa au théâtre... je n'ai pas le temps d'y aller, mais cela m'aurait vraiment intéressée, pour avoir, comme toi, lu le livre et ressenti une certaine hostilité à l'égard du personnage de Charlotte!Et sinon, Joyeux Noël chère Laetitia et continue à nous enchanter de tes histoires de métro! 

Karine :) 25/12/2008 15:44

Un très Joyeux Noël Laetitia!

Praline 24/12/2008 20:46

Joyeux Noël !