Redac' n°4 - "Un dîner en tête à tête"

Publié le par Laetitia BERANGER

Ce mois-ci, je tourne autour de la consigne mais je suis sûre que vous ne m'en tiendrez pas rigueur...


Le principe est toujours le même : chaque mois, le même jour, à la même heure, des rédac' blogueurs écrivent un billet sur un sujet commun. Ce mois-ci :
Laurent, Noelia, Bergere, Bertrand, JvH, Hibiscus, Anne, Julien, Chantal, Looange, Jo Ann v, Cecfrombelgium, Julie70, Gazou, BlogBalso, Lydie, Lucile, Optensia, Joël, Linda, Denis, Julie, Le chat qui, Ckankonvaou, Asibella, Mariuccia, Brigetoun, Renée, Mouton, Agnes, Laetitia, MissBrownie, Karmichette, Rikard, Pivoine Merlin, Sandrine, Adelaide, Andree, Orchidee, Laure, Virginie, A-So,
 planchent sur le sujet "Un dîner en tête à tête" (Si vous pouviez dîner quelques heures avec une personne (de préférence vivante) connue, du monde des arts, du sport, de la politique, ... Qui serait cette personne ? Et surtout... quels sujets aimeriez-vous aborder ?). Allez aussi voir leur version et bonne lecture !





- C'est bien cette chambre pour… dîner.

- Je me suis dit que vous seriez plus à l'aise que dans une salle de restaurant pour répondre à mes questions.

- T’es mignonne, tu penses sérieusement que je vais te répondre ?

- Sinon, vous n'auriez pas accepté mon invitation.

- Chouette couleur cette soupe !

- C'est du gaspacho. J'ai demandé un repas chromatique en votre honneur. Je vous sers un peu de vin ?

- Merci, je vais d'abord finir mon whisky. Alors, c'est quoi le programme ? On voit rouge ce soir, ma jolie ?

- Vous ne croyez pas si bien dire. Pourquoi n'aimez-vous pas les femmes ?
- Qu'est-ce qui te fait dire ça ?

- Vous les assassinez.

- D'accord, j'y suis. En fait, tu es une sorte de psy déguisée en call girl, j’ai bon ?

- Le maître d'hôtel aimerait connaître la cuisson de votre viande. Saignante, j'imagine ?

- Et moi, j’aimerais savoir si tu portes des bas ou des collants.

- Je crains devoir écourter notre soirée si vous n’y mettez pas du vôtre.

- Ok, ok, pose tes questions et ce couteau par la même occasion, tu vas te blesser !

- La précision avec laquelle vous décrivez les meurtres est troublante. Comment connaissez-vous tous ces détails… anatomiques ?

- C’est une tentative désespérée pour me faire dire que j'ai pratiqué tout ce qui se trouve dans mes livres ? Scènes érotiques incluses, cela va sans dire !

- Vous répondez par d’autres questions monsieur l’écrivain. Qu’avez-vous à cacher ?

- Je vais te décevoir mais je ne porte aucun masque, je suis bien le personnage abject que tu soupçonnes.

- Il y a forcément une raison à cela, voyons. Pas d'enfance douloureuse, de chagrin d'amour inconsolé ? Rien, vraiment qui puisse vous sauver ?

- Et non, rien ! On passe au dessert ?

- J'aurais souhaité des fraises mais la saison n'est guère propice…

- Qu'as-tu prévu alors ? Pourquoi m'avoir invité dans cette chambre ? Tu cherches le frisson, c'est ça ? 

- Je cherche des réponses.

- Es-tu prête à donner de ta personne pour les obtenir ? As-tu soigné les détails ? C’est de la lingerie rouge que tu caches là-dessous ?

 

 

 

L'homme n'entendra jamais la réponse. La femme, ouvrira une autre bouteille de whisky et se servira un dernier verre. Sans glaçon et sans arsenic.

 

Publié dans La rédac' du mois

Commenter cet article

Amarante 30/05/2009 17:45

J'ai pas compris : ils sont au restaurant ou dans une chambre ?!
Vraiment, Laetitia, tu écris des textes très mystérieux. Ca me fait un peu penser à Mylène Farmer. J'adore !!!! 

Jacques-Marie D 17/10/2008 09:10

"écrivain pervers" C'est un pléonasme, non ?

Laurent 16/10/2008 12:20

Note pour plus tard ... ne jamais accepter un verre servi par une femme avec de la lingerie rouge ;) ... surtout si c'est dans sa chambre d'hotel !

mouton 16/10/2008 11:28

Chute merveilleuse. au rasoir et à froid

brigitte celerier 15/10/2008 19:45

sans le connaître elle savait qu'il méritait cette boisson ?bien mené le dialogue

Laetitia BERANGER 16/10/2008 10:13


@Max Gratto : Pas encore commencé mon analyse, on en recause d'ici 6 ou 7 ans ?
@Amanda : Thank you so muuuuuuch !
@Renée : Merci pour votre lecture, ravie de vous avoir piquée ;-)
@Lodi : J'ai vraiment tourné autour de la consigne puisque j'ai écrit mon texte avant d'avoir trouvé la personne connue avec laquelle j'étais censée dîner ! Mais on ne sait jamais, quelqu'un
pourrait tout de même reconnaître cet écrivain pervers !
@Brigitte Celerier : Peut-être qu'elle le connaissait très bien ou peut-être qu'elle n'en est pas à son premier meurtre et qu'elle se moque de savoir si ses victimes méritent ou non le sort qu'elle
leur réserve... Allez savoir ;-)