Un week-end avec Sophie & Edward...

Publié le par Laetitia BERANGER

Sophie CALLE
à la
Galerie Perrotin


1ère salle

Où et quand Bercq ?"Le lundi 17 Mai 2005, j'ai quitté Malakoff à 8 heures 55. Je suis arrivée Gare du Nord quelques minutes avant le départ du train en direction de Rang du Fliers. Je savais seulement que je devais me rendre à Berck et, dès mon arrivée, contacter ma voyante afin qu'elle me donne de nouvelles instructions sur la suite du programme. J'avais proposé à Maud Kristen de m'indiquer mon futur afin de ne pas l'attendre, aller à sa rencontre, le prendre de vitesse. Où ? Quand ? Quoi ? Elle avait refusé. Alors j'avais réduit mes ambitions : Où et Quand ?  Elle a accepté de tenter l'expérience, faire un test, avant de s'engager plus sérieusement.  Elle a consulté les cartes : Le premier train, lundi prochain, en destination de Berck. Je ne sais pas pourquoi on veut vous faire aller là-bas, on va le découvrir. Une fois que vous serez à la gare, vous m'appellerez et nous verrons... "



Sophie Calle m'a toujours amusée et agacée à la fois. J'avais beaucoup aimé l'expo "Prenez soin de vous" tout en me disant qu'elle avait décidément le chic pour refiler le boulot aux autres, la garce ! Cette fois, on ne peut pas lui reprocher de ne pas avoir donné de sa personne. Comme Sophie aime être dirigée, elle suit les directives de sa voyante à la lettre et nous raconte son périple à l'aide de photos (et d'une vidéo savoureuse de sa rencontre avec "mémé" !). Une aventure drôle et décalée, du Sophie Calle quoi ;-)

A guetter, le livre "Où et quand Berck ?" à paraître chez Actes Sud le 28/11/2008.


2ème salle

"Après Berck, lors d'un second rendez-vous, Maud Kirsten a envoyé Sophie à Lourdes. Une fois de plus les signes ont parlé..."

Même expérience mais direction Lourdes cette fois, moins amusant ;-)


3ème salle


"Le Gotham handbook, New York : mode d’emploiGotham Handbook" chez Actes Sud

"Paul Auster a écrit à la demande de l'intéressée, un guide de survie à New York. Sophie Calle a donc élu domicile dans une cabine téléphonique de la grosse pomme et a dû suivre les recommandations de l'auteur : distribuer cigarettes et sandwichs aux passants en n'oubliant pas de sourire. L'expérience est immortalisée par des photographies de l'artiste."


Voici la partie que j'ai préférée. Paul Auster a été très soft dans la mission confiée, sûrement parce qu'il savait que Sophie était prête à relever tous les défis. Il n'en a cependant pas abusé et c'est tout à son honneur !  Elle comptabilise donc scrupuleusement  le nombre de sourires, de cigarettes et de sandwichs donnés ainsi que le temps de conversation enregistré dans sa cabine. A travers les photos, nous assistons à l'aménagement de son espace et découvrons les avis des passants plus ou moins hostiles à cette démarche. Voilà ce que j'aime chez Sophie Calle, cette façon unique de mêler sa vie et sa sensibilité artistique, sa manière de se mettre en scène et de raconter aussi, parfois, les autres à travers elle. "Bilan global de l'opération : 125 sourires donnés pour 72 reçus, 22 sandwichs acceptés pour 10 refus, 154 minutes de conversation..."

L'entrée est libre mais l'expo se termine demain... Ouverture de 11h à 19h, fermé le lundi.

Léviathan


A lire également "Léviathan", roman faisant apparaître le personnage de Maria, sosie littéraire de Sophie Calle. Je suis souvent restée insensible au charme de Paul Auster mais je ne désespère pas de changer d'avis ! On m'a assurée que je ne pourrai que succomber à la lecture de Mr vertigo alors si le miracle se produit, j'enchaînerai avec celui-ci...








Edward aux mains d'argent
au théâtre du Châtelet


"Edward Scissorhands n'est pas un garçon ordinaire. Création d'un inventeur, il a reçu un coeur pour aimer, un cerveau pour comprendre. Mais son concepteur est mort avant d'avoir pu terminer son oeuvre et Edward se retrouve avec des lames de métal et des instruments tranchants en guise de doigts."


Vous aviez vu "Swan Lake" mis en scène par Matthew Bourne ? Moi non mais j'en avais entendu beaucoup de bien alors quand j'ai su qu'il adaptait ce film que j'adore au théâtre du Châtelet, je n'ai pas hésité ! Le début m'a complètement subjuguée et emportée dans un univers féérique, fantastique, un brin gothique, Timburtonesque quoi ! Alors même si quelques longueurs sont à regretter en chemin, je trouve le pari tout à fait honoré. 30 danseurs, 12 musiciens, des costumes et des décors époustouflants, tous les éléments sont réunis pour vous faire décoller. J'avertis les inconditionnels du film, vous ne retrouverez pas toutes les scènes et quelques tableaux dansés vous paraîtront sans doute un peu longuets mais les thèmes musicaux du film sont très présents et tout aussi envoûtants.


Jusqu'au 2 novembre 2008. Si votre budget est rikiki, n'hésitez pas à prendre des places même très en hauteur. On voit très bien en catégorie amphithéâtre, à condition d'être placé au premier rang. Pour réserver ou visionner un extrait du spectacle...




Et le film de Burton à voir ou à revoir :

Bande annonce


Publié dans Les mots en scène

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Lucile 15/10/2008 20:47

L'expo Sophie Calle m'aurait bien plu je pense! :)

Laetitia BERANGER 16/10/2008 10:03


@Emeraude : Les places "tout en haut" sont à 30 euros environ ;-)
@Lucile : Tu pourras toujours te consoler avec toutes les belles choses publiées chez Actes Sud...


Emeraude 13/10/2008 20:51

j'avais envie d'aller voir Edward aux mains d'argent. Mon chéri m'a tout de suite coupé cette envie pour une question bugétaire justement...