Lectures avril 2008

Publié le par Laetitia BERANGER

Attention, je vous préviens... ce mois-ci j'ai joué les boulimiques mais je vous rassure, la quantité n'a pas nuit à la qualité !


Le treizième conte - Diane SETTERFIELD

Commençons tout de suite par un gros coup de coeur. Ah, comme j'ai aimé passer du temps en compagnie de ces deux femmes ! Ces passionnées de livres m'ont entraînée dans une histoire fabuleuse mêlant secrets de famille et personnages aussi mystérieux qu'attachants, tout ceci dans une grande demeure abritant une bibliothèque de rêve... Le récit est truffé de références à la littérature anglaise ce qui ne gâche rien. Romanesque à souhait, un régal quoi.

Le treizième conte

"Vida Winter, auteur de best-sellers vivant à l'écart du monde, s'est inventé plusieurs vies à travers des histoires toutes plus étranges les unes que les autres et toutes sorties de son ima­gination. Aujourd'hui âgée et malade, elle souhaite enfin lever le voile sur l'extraordinaire existence qui fut la sienne. Sa lettre à sa biographe Margaret Lea est une injonction : elle l'invite à un voyage dans son passé, à la découverte de ses secrets. Margaret succombe à la séduction de Vida mais, en tant que biographe, elle doit traiter des faits, non de l'imaginaire ; et elle ne croit pas au récit de Vida. Les deux femmes confrontent les fantômes qui participent de leur histoire et qui vont les aider à cerner leur propre vérité. Dans la veine du célèbre Rebecca de Daphné Du Maurier, ce roman mystérieux et envoûtant est à la fois un conte gothique où il est question de maisons hantées et de soeurs jumelles au destin funeste, et une ode à la magie des livres."



This is not a love song - Jean-Philippe BLONDEL

J'ai emprunté ce roman sur les recommandations de Caroline. Je m'attendais à lire quelque chose de très fort mais je n'ai pas vraiment décollé. Serait-ce parce que je l'ai attaqué tout de suite après "La véritable histoire de mon père" ? Je m'accorderai néanmoins une seconde tentative avec "Accès direct à la plage".


This is not a love song

"Dans ses années de jeunesse, la « lose » lui collait à la peau. Aujourd’hui Vincent a le vent en poupe et la quarantaine conquérante : marié à une fille de la grande bourgeoisie britannique, père de deux enfants, il dirige à Londres une chaîne de restauration en plein essor. Pour cela il a dû fuir : la France et sa petite classe moyenne engourdie, ses parents et leur pavillon « qui craint », son frère et sa vie étriquée – et Étienne, son meilleur ami, son double inversé, dont il n’a plus jamais pris de nouvelles. (...) Jusqu’à ce mois de juillet où il revient dans sa ville natale. Et se prend en pleine tête ses certitudes d’homme qui a « réussi » sans un regard pour ceux qu’il laissait derrière lui…"



L'enchanteur et illustrissime gâteau café-café d'Irina Sasson - Joëlle TIANO

Je le voyais partout celui-là ! Des critiques toutes plus élogieuses les unes que les autres et... Bof ! Non seulement je n'ai pas été complètement séduite mais je me suis même un peu ennuyée. Et cette recette répétée sans cesse a fini par me lasser très fort ! Une certaine ambiance poétique néanmoins... Merci à Moustafette de l'avoir fait voyager jusqu'à moi !


L'enchanteur et l'illustrissime gâteau café-café d'Irina Sasson

"A presque 101 ans, très loin de là où elle est née, Irina Sasson entretient chaque matin sa mémoire en récitant, dans les sept langues que sa destinée l'a amenée à parler, la recette du fameux gâteau café-café qui lui avait valu le succès que l'on sait dans la colonie européenne de Batenda. Surgissent alors les jours incandescents de sa vie. Des jours qui n'ont rien perdu de leur douceur ni de leur éclat, ni de leur douleur non plus. Et sans doute, dût-elle vivre cent ans encore, et sa mémoire s'effilocher chaque jour un peu plus, ils resteraient longtemps en elle, noyaux rebelles à l'oubli... Ce jour-là, venue du nord du Continent, sa petite fille est à son chevet. Pour une raison précise."



Qui se souvient de David Foenkinos ? de David F himself !

Les bloggueuses averties se douteront que ce livre m'a été prêté par Caroline, of course. Et il est arrivé exactement au bon moment, enfin un peu de légèreté ! J'avais gardé un bon souvenir du "Potentiel érotique de ma femme" et celui-ci m'a tout autant réjouie. L'autodérision de l'auteur est très plaisante, le style est fluiiiiide et cette sensualité à fleur de page... grrrrr le fripon qu'il trouve bien les mots !

Qui se souvient de Davis Foenkinos?

"Je ne sais pas si certains d'entre vous se souviennent de moi. Il y a quelques années, j'ai publié Le potentiel érotique de ma femme. Ce roman, traduit dans de nombreuses langues, avait obtenu un réel succès. J'étais alors dans la promesse. Pourquoi les choses ont-elles si mal tourné? Depuis ce succès qui s'efface des mémoires, j'ai publié quatre autres romans et tous sont passés inaperçus. J'ai tenté d'analyser les raisons de mes échecs, mais il est impossible de comprendre pourquoi l'on devient invisible. Serais-je devenu médiocre? Suis-je trop allé chez le coiffeur? Pourtant, je dois absolument m'accrocher : bientôt, une fabuleuse idée de roman va surgir en moi. Bientôt, je serai à nouveau propulsé parmi les auteurs vivants. Enfin, on va se souvenir de moi."



Le lézard lubrique de Mélancholy Cove - Christopher MOORE

Cette fois, c'est à Fashion que je dois cette découverte et je la remercie car je ne serai sans doute jamais allée vers ce roman. C'est farfelu et merveilleusement décalé. Ce bled est complètement gue-din, les pensées de ses habitants sont savoureuses et il n'y a pas que le lézard de lubrique, croyez-moi ! J'ai lu quelque part qu'il y aurait une suite...


Le lézard lubrique de Melancholy Cove

"Un Gozilla qui n'aime pas le blues depuis que son bébé a été tué par Catfish, le bluesman. Un flic, fumeur de joints. Une schizophrène, ex-actrice de films de série Z post-apocalyptiques et une serveuse qui ferait pâlir d'envie " L'Homme qui valait trois milliards ". Un restaurateur qui porte les prénoms de Lovecraft et rêve " d'observer une indicible créature venue de la nuit des temps s'élever de ténébreuses profondeurs abyssales pour venir dévaster la civilisation et se repaître de chair humaine ". On reprend depuis le début ?"



Le libraire - Régis de Sa MOREIRA

Un petit livre tout réjouissant, tout doux, tout poudoupoudoupoudou ! (sonnette annonçant l'entrée des clients) Comme j'aimerais en connaître un libraire comme celui-ci au risque de me faire jeter de sa boutique en cas de demande jugée non conforme à son éthique. C'est frais, c'est touchant, ça parle aux amoureux des livres que nous sommes et ça fait un bien fou. Lire sur les livres est un de mes sujets favoris en ce moment. J'attaque bientôt "L'ombre du vent", si vous en connaissez d'autres, je suis TRES preneuse ;-)

Le libraire

"Vous l'avez lu ? Oui, dit le libraire. Moi aussi, répondit le jeune homme. Le libraire lui sourit. Le jeune homme prit confiance : Mais je l'ai offert à quelqu'un... à qui je n'aurais pas dû l'offrir. C'est difficile d'être sûr de ces choses-là, répondit le libraire. Oui, dit le jeune homme. Ne désespérez pas, dit encore le libraire. Certains livres sont à retardement... "



La maison en papier - Carlos Maria DOMINGUEZ

J'ai dû attendre trop de cette lecture et je suis un peu déçue. C'est très poétique et le concept même de cette maison "en papier" (je ne peux en dire plus) est très chouette mais quelque chose m'a gênée, j'ai eu l'impression de survoler l'histoire. Il me semble pourtant qu'il y avait matière à développer un peu plus pour prolonger la magie...

La maison en papier

"Un Argentin, professeur à l’Université de Cambridge, est nommé au poste de Bluma Lennon, morte renversée par une voiture alors qu’elle venait d’acheter un exemplaire des poèmes d’Emily Dickinson. C’est lui qui ouvre le paquet adressé à Bluma, posté en Uruguay, sans mention d’expéditeur et dont le contenu l’intrigue : un exemplaire de La ligne d’ombre, rongé par l’humidité et portant des traces de ciment et de mortier sur la couverture, la tranche et les pages. (...) De plus en plus intrigué par cette étrange histoire, effrayé aussi par le pouvoir que semblaient exercer les livres sur leur propriétaire, le narrateur se rend sur la côte de Rocha où il découvrira le mystère de La ligne d’ombre..."



Cul de sac - Douglas KENNEDY

Voici mon baptême de Douglas Kennedy et j'en suis enchantée ! Quand je pense que j'ai offert ce bouquin à un pote qui partait vivre pour un temps indéterminé en Australie... je me dis qu'il va m'en vouloir à mort et j'espère qu'il ne l'aura pas lu dans l'avion ! C'est noir et un brin sadique, j'adore. Il paraît que ce livre est très différent des autres mais je n'ai pas encore d'élément de comparaison.


Cul-de-sac

"Nick, héros bien malgré lui de ce thriller féroce, n'avait rien contre ce pays avant d'écraser un kangourou par une nuit sans lune. Sa rencontre avec la jeune et robuste Angie va le mener en plein coeur du bush. Au milieu de nulle part. Au sein d'un clan d'allumés coupés du monde, sans aucune route pour quitter ce traquenard. Nick, désormais, n'aura qu'une seule obsession : comprendre ce qu'il fait là et sauver sa peau. Fuir alors que toute la communauté le surveille..."



Death Note - tome 1

Et me voilà emportée dans la vague Manga ! Que voulez-vous, la lecture à l'envers est tellement dépaysante !! Des dessins pas trop chargés, une histoire tout à fait intrigante, voilà qui devrait me tenir en haleine un bon moment. A ce jour, 9 tomes sont disponibles, le 10ème est prévu pour le 6 juin et le 11ème pour le 4 juillet (source wikipédia).

Death note - Death note, T1

"Light Yagami ramasse un étrange carnet oublié dans la cour de son lycée. Selon les instructions du carnet, la personne dont le nom est écrit dans les pages du Death Note mourra dans les 40 secondes !! Quelques jours plus tard, Light fait la connaissance de l’ancien propriétaire du carnet : Ryûk, un dieu de la mort ! Poussé par l’ennui, il a fait entrer le carnet sur terre. Ryûk découvre alors que Light a déjà commencé à remplir son carnet…"

Publié dans Partager mes lectures

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Daniel Fattore 30/06/2008 12:32

C'est le mois des décalés, entre Sa Moreira, Foenkinos et le lézard lubrique... j'ai eu un peu de peine sur les toutes premières pages de ce truc (les personnages sont zarbi, en bon français), mais pour finir, c'est vrai que c'est savoureux. De Foenkinos, je conserve une préférence pour "Les Coeurs Autonomes", qui est plus sérieux et plus profond à mon avis... ce qui n'empêche pas l'auteur d'y faire montre de ses qualités de précision dans le choix des mots qui étonnent. A propos, il va publier un nouveau titre cet automne.

Laetitia BERANGER 04/07/2008 18:25


Bienvenue Daniel. Le lézard zarbi et savoureux c'est tout à fait ça ! Je n'ai rien lu de comparable... dans le genre ;-) Merci pour l'info sur Foenkinos, notre groupie littéraire préférée
trépignant d'impatience, nous a effectivement informés de cette sortie prochaine.


Amandine 06/06/2008 18:06

J'aimerais avoir le temps d'en lire autant en un mois !Pour ma part je viens de finir le treizieme conte. Une pure merveille ce livre.

Laetitia BERANGER 13/06/2008 10:13


C'est vrai que ce mois-ci était particulièrement productif ! Le premier roman de Diane SETTERFIELD semble faire l'unanimité, j'espère que le prochain sera aussi savoureux...


uncoindeblog 06/05/2008 23:10

5 livres lus et 1 en attente dans ma PAL. Merci cela m'en fait moins à noter :))

Georges F. 04/05/2008 22:18

J'aime bien votre sélection, elle part dans tous les sens, on ne sent pas enfermé. On a même envie d'en lire plusieurs.

Laetitia BERANGER 05/05/2008 15:27


@Lucile : Tu me diras ce que tu auras pensé du reste alors...
@Bellesahi : Comme quoi, les goûts et les couleurs ;-)
@La Nymphette : Alors alors ? ce 13ème conte t'a-t-il conquise ?
@Georges F : Votre commentaire m'a fait sourire, servez-vous, picorez c'est fait pour !


la nymphette 02/05/2008 11:53

Pfffiu que de belle lectures, je m'en vais de ce pas acheter Le 13° Conte (qui a dit que j'étais boulimique?!!!)